FUTUR(S)
TRENDS
  • Google+
  • linkedin

BIO INSPIRATION

La lecture approfondie d'un nouveau levier d'innovation décrit dans le thème "merveilles de la Nature" de notre cahier Futur(s) 10

Riches de nombreux évènements et bouleversements, tant sur le plan humain que géo-politique, l’année 2010, proclamée « année internationale de la biodiversité1 », fut aussi une formidable occasion de sensibiliser à l’urgence environnementale, par la re-découverte et l’observation des infinies richesses présentes dans la Nature. Fin 2010, le sommet de Nagoya s’est achevé sur un accord positif, visant à adopter un plan d'action sur la préservation de la biodiversité, ouvrant la voie à une dynamique porteuse d’espoir, moins « humano-centrée », d’autant plus cruciale depuis la triple catastrophe de Fukushima.

Dans notre publication Futur(s) 10, le thème « Merveilles de la Nature » explore ce lien retrouvé avec le vivant, et les nouvelles formes de collaborations entre Nature, chercheurs, ingénieurs, artistes et designers qui en découlent : voir la Nature autrement, s’en émerveiller, la célébrer, non comme un fournisseur de matière première, mais comme un modèle d’ingéniosité, un véritable « professeur » dont les leçons pleines de bon sens peuvent inspirer les créations et innovations produits futures.  

1La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces, des populations et celle des gènes dans l'espace et dans le temps. Le maintien de la biodiversité est une composante essentielle du développement durable.

Signes émergents : la célébration du vivant

   

De gauche à droite : 1. Gros plan sur les graines sauvages contenues dans la structure du pavillon anglais, à l’exposition universelle de Shanghaï, fin 2010 2. L’artiste Björk, lors de la présentation au Manchester International Festival (MIF) en juin 2011 de son nouveau projet, « Biophilia » 3. « Sun tunnels », par Nancy Holt, œuvre présentée dans le cadre de l’exposition « Land Art », au Hamburger Banhof de Berlin, 2011-2012 4. Spécimens récoltés durant l'expédition de Santo, dans le cadre de l’expédition « la planète revisitée »

Observer, rendre hommage, célébrer la beauté, la diversité mais aussi l’intelligence du règne vivant… Une démarche qui nourrit aussi bien la recherche scientifique que de nombreuses formes de créations, artistiques ou architecturales :

1. Le pavillon anglais d’Heatherwick Architects à l’exposition universelle de Shanghaï rendait hommage au conservatoire de graines Kew’s Millenium Seed Bank, qui a déjà collecté 10% des graines de plantes sauvages du monde. Dans les filaments de plexiglas qui habillaient cette « cathédrale » étaient encastrées des dizaines de milliers de ces graines.

2. Le nouveau projet « Biophilia » de la chanteuse islandaise Björk qui signifie « l’amour pour la vie » constitue un véritable hymne au vivant. « Il célèbre la façon dont le son est présent partout dans la nature.» Conçus comme des « organismes vivants », les morceaux de l’album pourront s’enrichir, grandir, évoluer naturellement, au grés des ajouts des mélomanes.

3. Autre témoin de cette volonté de (re)découvrir les richesses de la Nature, l’expédition « la planète revisitée », entamée en 2010 et qui s'étalera sur 10 ans. Elle renoue avec la tradition des grandes expéditions naturalistes, en déclin depuis l’époque coloniale alors que l’on pensait avoir tout découvert de la Nature. Pourtant, depuis les années 80’, on sait que 80% des espèces sont inconnues. Ainsi, plusieurs dizaines de scientifiques partent aujourd’hui sur la piste de « la biodiversité négligée » (invertébrés, insectes, mollusques, champignons…), au Mozambique et à Madagascar.

4. Enfin, l’exposition «Land Art » au Hamburger Banhof de Berlin, autre signe de cette envie d’instaurer un rapport nouveau entre Homme et Nature. Longtemps tombée en désuétude, cette forme d’art née à la fin des années 60’ utilisait en effet la Nature à la fois comme medium et comme modèle.

Évolution des valeurs : l’innovation par l’observation de la Nature

Bien au-delà de la création artistique, ce contact renouvelé avec la Nature a également des implications pratiques à l’échelle du produit, et influence donc la consommation. En posant un autre regard sur la Nature, designers et ingénieurs mettent en lumière la diversité des formes, l’ingéniosité des procédés naturels, leur efficacité devient une source quasi infinie de réflexions et de solutions pour l’innovation, dans tous les domaines…

Concept créatif : bio inspiration

Au-delà du biomorphisme, parfois simple copie superficielle des formes, couleurs et ornementations inspirée de la Nature (fleurs, arbres, insectes ou animaux…), le concept créatif « Bio-inspiration » développé dans Futur(s)10 s’attache à un degré supérieur d’imitation de la Nature, véritable levier d’avenir en terme d’innovation produit : l’étude et l’intégration de processus et mécanismes particulièrement efficaces dans le règne animal ou végétal.

                                       

De gauche à droite : 1. Fauteuil « Bone rocker », par Joris Laarman  2. « Morning glory lamp », par Wendy Legro

1. La conception de ce fauteuil à bascule est basée sur le processus naturel de régénération des os, modélisé par le logiciel SKO (Soft Kill Option). Lors de la croissance des os, les zones qui ne sont pas soumises à de fortes pressions développent moins de masse. L’élimination de ce superflu permet de créer une structure plus efficace en utilisant le minimum de matière.

2. Cette lampe est composée de fleurs en nylon équipées de capteurs de lumière. Pendant la journée, les fleurs laissent passer la lumière. Le soir venu, elles se déploient pour en émettre à leur tour. 

 

                                       

De gauche à droite : 1. « Rain collector skyscraper », par Ryszard Rychlicki & Agnieszka Nowak 2. « Slippery when wet », par Sharklet

1. Les plantes ont développé des systèmes pour récupérer et utiliser l’eau de pluie qui leur permettent de mieux gérer les périodes de pénurie ou de surplus d’eau. Suivant ces mêmes principes, les architectes de ce bâtiment l’ont conçu pour pouvoir recueillir la quantité d’eau nécessaire à ses habitants.

2. Un film adhésif qui inhibe la croissance bactérienne grâce à sa structure, semblable à celle d’une peau de requin. 

share