FUTUR(S)
TRENDS
  • Google+
  • linkedin

EX-CENTRICITES

Face aux craintes d’« aplatissement », d’homogénéisation culturelle et intellectuelle d’une société dans laquelle tout converge, s’interconnecte et se mélange,
 s’oppose aujourd’hui un puissant désir de s’extraire
 de cette centralité « magmatique » parfois jugée appauvrissante : la volonté de s’ex-centrer.


Cette ex-centricité aujourd’hui, passe paradoxalement par un re-centrage. Re-centrage sur l’être (la personnalité, l’intériorité) mais aussi re-centrage sur les particularismes locaux, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs, dans le but de retrouver des distinctions, des spécificités culturelles, de valoriser et de célébrer l’altérité.

Remplir ce qui se vide, défendre toutes les formes de singularités, afin que d’un monde, on (re)passe à des mondes...

Signes émergents
 



1. Nouvelles icônes
Porte-parole et co-fondateur de Wikileaks, Julian Assange, apôtre de la transparence qui opère dans le plus grand secret fascine par son ambivalence. A l’image de ce hacker antipathique au visage d’ange, c’est par leur engagement et leur prise de parti anti-conformiste, par la force de leur personnalité, leur capacité à ne dévier ni de leurs objectifs, ni de ce qui fait leur singularité que les nouvelles icônes séduisent, à contre-courant des masques sociaux normés.

2. Mondes intérieurs 
En marge des sérigraphies Pop-Art qui lui valurent un succès grand public, Andy Warhol effectua une série de portraits plus confidentielle. L’exposition Andy Warhol : Motion Pictures au MoMA présentait une dizaine de ces portraits filmés en stop motion. Les visages bougent avec une lenteur inhabituelle, et permettaient au spectateur d’appréhender les mondes intérieurs de chacun d’entre eux. Représenter les méandres de l’âme humaine, traquer l’émotion, capturer l’aura, le charisme qui émane d’un regard, la singularité qui se dégage d’un être ou de son environnement au-delà de l’enveloppe corporelle... Voilà ce qui fascine aujourd’hui.
 
3. Made in
Fin 2010, la maison Prada lançait une collection capsule visionnaire baptisée « made in » qui faisait appel à des savoir-faire inimitables précisément localisés sur le globe, et affichait la provenance de chacune de ses pièces. En effet, à la crainte de l’hégémonie d’une vaste culture-monde standardisée, « en libre service », dans laquelle chacun pourrait se servir, ré-interprêter, dénaturer si ce n’est «plagier», s’oppose aujourd’hui une forte volonté de « re-géographiser » le monde. Un désir de retrouver des frontières symboliques qui, loin d’une forme de protectionnisme culturel ou de repli identitaire,  traduit au contraire un besoin de célébrer les différences, redonner du volume à un monde qui tend à « s’aplatir ».
 
Évolution des valeurs
De l'intelligence collective à l'autonomie intellectuelle


Après des années d’expérimentations de partage de l’intelligence et de la créativité collective offerte par le développement des nouvelles technologies, la communauté, la « foule », semble être devenue l’une des composantes incontournables dans la construction identitaire. En réaction, le consommateur de demain cherchera à ré-explorer des territoires « opposés » : autonomie intellectuelle, individualisme, intériorité, indépendance d’esprit, sens critique...

En quête de signes distinctifs

Corollaire de ce recentrage sur les « mondes intérieurs » : le désir d’« être en commun » sans être commun, ou comment retrouver une forme d’unicité au-delà du groupe sans pour autant le rejeter totalement. En réponse à cette quête de singularité émerge une forme de néo-dandysme subtil, plus transgressif et non-conformiste qu’il en a l’air, caché derrière la banalité ou le commun : l’obsession étrange, le rituel déconcertant, ou le « caprice » insolite...

D'un monde plat à un monde re-géographisé

En parallèle du développement d’une culture-monde métissée d’influences hybrides et composites, naît le désir d’une forme de « décentralisation culturelle » chez une partie des consommateurs. Une nouvelle éthique de la globalisation qui réinstallerait des frontières symboliques et mettrait à l’honneur les multiples « exotismes » dont le monde regorge plutôt que de les « dénaturer ». 

Concepts créatifs

Via un néo sur-mesure à l’opposé du customisé show-off ou via la revalorisation des particularismes locaux d’ailleurs, s‘attacher à mettre en avant toutes les formes de singularités : celle du produit, mais aussi celle du consommateur.


1. Personal Code Ink by Montblanc. Une encre personnalisée, exclusive et inimitable, qui permet l’identification de son auteur et l’authentification des documents importants. 
 
2. Jovoy Boutique in Paris. Un concept- store dédié au parfum, qui rassemble dans des flacons identiques, effluves rares et jus introuvables, ainsi qu’un atelier olfactif pour concevoir son parfum sur mesure.
 


3. Orflögur Microchips by Björg i Bù. Des chips réalisées à partir de pommes de terre cultivées en Islande. Une origine valorisée, à l’intérieur du packaging, par une carte et des informations spécifiques. 
 
4. IOU Project by Kavita Parmar. Une nouvelle collection réalisée avec des tissus tis- sés à la main en Inde et dont chaque pièce est équipée d’un marqueur QR pour que l’acheteur puisse suivre l’histoire et les étapes de sa fabrication. 
share