FUTUR(S)
TRENDS
  • Google+
  • linkedin

EXIT

Le climat d’incertitude et le sentiment de tumulte actuels s’accompagnent d’une réelle angoisse. Face aux menaces de qui à première vue tendraient à nous paralyser ou à nous faire nous replier sur nous-mêmes, il est heureux de se rappeler que l’épisode n’est pas nouveau. Comme le dit si bien Régis Debray dans son récent ouvrage Du bon usage des catastrophes, l’histoire regorge de séquences où l’Homme cherche à se faire peur, autant par jeu de pouvoir que par impératif de prise de conscience collective. Face à ce mécanisme complexe de l’angoisse, l’être humain a néanmoins appris depuis longtemps à s’en échapper de différentes manières que l’on retrouve actuellement à l’œuvre : par la célébration de la tourmente, qui permet de la sublimer en rappelant les grandes heures du romantisme, ou bien par l’exploration d’univers parallèles et dystopiques.

I. SIGNES EMERGENTS : DYSTOPIA

À l’inverse des mondes idéalisés de l’utopie, les dystopies présentent des imaginaires ou fictions complexes mettant en scène des problématiques irrésolues. Elles permettent de mettre à distance un monde réel en crise ou mal compris avec l’idée d’une solution miraculeuse. Notre imaginaire est d’ailleurs vivement stimulé par ces visions qui incitent à mener l’enquête, réfléchir, comprendre des signes, interpréter des situations étranges, sans toujours y arriver. Il y a donc une part de jeu dans ces mondes parallèles convoquant souvent un imaginaire débridé et bien « au-delà du réel », dans lesquels se reflètent néanmoins de manière distordue les problèmes et interrogations du présent.

 1. Univers parallèles : Dans sa pièce de théâtre Sleep No More qui fait fureur à New York depuis 2011, la compagnie Punchdrunk réinterprète Hamlet et embarque le spectateur dans un univers multi-strates et hanté de présences fantomatiques, où les sens ne savent plus où donner de la tête et au point d’entrapercevoir la quatrième dimension. 2. DE L’AUTRE CÔTE DU MIROIR : La musicienne américaine Zola Jesus, entre voix enchantée et musique électronique cosmique, bascule de l’autre côté du miroir dans ses clips à l’obscurité scintillante et envoûtante, et notamment dans ses morceaux Night et Vessel où elle déambule seule dans des espaces inconnus ou des paysages lunaires. 3. L’ANGE DU BIZARRE : Depuis le 5 mars 2013,le Musée d’Orsay consacre une exposition au Romantisme Noir, retraçant de Goya à Max Ernst, l’histoire de ce mouvement antimoderniste qui s’intéressait à la part d’ombre et d’irrationnel qui se cache en chacun de nous et de notre imaginaire.

II. EVOLUTION DES VALEURS

CULTIVER LE SPLEEN
Le sentiment de vivre dans un monde devenu trop chaotique et complexe, place l’individu dans le doute sur le sens de l’existence et le ramène à sa condition humaine. Cette confrontation avec le réel le rend mélancolique. En même temps, cet instant de vulnérabilité lui redonne le goût des émotions, des liens et même de l’amour dans lesquels il cherche un véritable réconfort, développant une culture du spleen et du romantisme.

LE MAGNÉTISME DE L’OCCULTE
Comme une force incontrôlable, le sentiment d’incompréhension actuel, mais aussi le caractère presque magique auquel nous habituent les récentes technologies, ne manquent pas de susciter et même d’attiser notre attirance pour l’occulte et le surnaturel. Comme si c’était de ce côté-là qu’il fallait paradoxalement rechercher de nouvelles formes de rationalité.

ATTIRANCE POUR LES MONDES PARALLÈLES
Puisque la rationalité se déplace du côté de l’irrationnel et que le monde reste opaque malgré l’hyper-communication et le boom des connaissances, les mondes parallèles, « au-delà du réel », la quatrième dimension (le temps) et même la cinquième dimension (l’imagination) font l’objet de toutes nos attentions.

GOÛT DE L’INITIATION
Au-delà de l’attirance pour le paranormal, l’individu déboussolé cherche surtout à être guidé, à retrouver des pistes et des chemins connus, dans les méandres réels, virtuels et imaginaires du monde qui l’entoure. Il souhaite être « initié » et cela peut se faire autant par la connaissance éclairée, que par l’initiation occulte telle que les sociétés secrètes le pratiquent, ou encore certaines religions.

III. CONCEPTS CREATIFS PROSPECTIFS

Initiation codifiée
Dramatiser la relation au produit en introduisant de nouveaux rituels initiatiques dans la façon de l’appréhender, de le découvrir, de le savourer. Une nouvelle expérience sensorielle immersive qui fait appel à des codes secrets. Une manière de revaloriser le luxe qui ne se dévoile qu’aux véritables connaisseurs.

1. Ice bonbon and bonbon gold limited byMélissa Duboc & Sébastien Popa for Maison Rémy Martin. Bonbon au cognac cristallisé dans la glace. Il se déguste une fois la glace fondue : « l’attente crée ainsi la découverte ». 2.  The Blocks by Studio Toogood. Un bar à vin temporaire, qui invite les visiteurs à des dégustations polysensorielles. Les clients sélectionnent leur consommation en respirant des totems de bois et guidés par des sommeliers.

1. Cointreau Privé by Alexis Mabille. Un cocktail club éphémère conçu par le créateur de mode qui y revisite les tendances des années 20. À découvrir après inscription sur le site de la marque. 2. Whaf by Marc Brétillot & David Edwards for Le Laboratoire. Un nuage de saveurs émanant d’un récipient mi-carafe mi-globe de verre, et que l’on aspire avec une paille pour une caresse sensorielle olfactive.

 

 

 

share