FUTUR(S)
TRENDS
  • Google+
  • linkedin

OVERVIEW

À l’heure où le contenu global du web double toutes les 72 heures et où l’« infobésité » s’immisce dans tous les champs du quotidien, la priorité doit être donnée à la vue d’ensemble, claire et intelligible. Se confronter au chaos aussi bien online qu’offline, simplifier, hiérarchiser l’information,  rendre lisible, mais aussi dessiner des chemins, et guider le grand public à travers un contenu exponentiel, s’annoncent comme le grand défi de demain, un défi que seul l’humain, via les designers simplificateurs et curateurs guides, pourra relever.

SIGNE EMERGENTS

- LE CURATEUR-GUIDE
Comment distinguer le bruit du signal, l’information importante de la banalité ? La phase « quantitative » d’agrégation et de classement de la profusion de l’information, laisse place à une  phase «qualitative» de l’organisation et de l’éditorialisation du contenu, via la figure du « curateur », ou plus spécifiquement celle du « curateur de contenu ». Véritable «guide» à travers l’accumulation et la complexité, le curateur metteur en scène de contenu, prend le pas sur le blogueur créateur de contenu.

1. Lemorcellement vs la navigation : dans son article The Web is Dead, Chris Anderson affirme que les applica- tions remplaceront bientôt le web, ouvert et perméable. Ces «univers semi- fermés» sont plus structurants, clairs, ergonomiques. Autant de services « curatés », adaptés à chacun et à chaque situation.  2. Contextualisation visuelle : en mettant en scène dans le contexte de leur sujet des statistiques relatives aux opinions des Danois sur le port des symboles religieux dans la fonction publique, le designer Peter Ørntoft, dans Information graphics in context , expérimente des moyens plus visuels et abordables de délivrer l’information.

- LES DESIGNERS DE LA SIMPLEXITE
“Les mots divisent, les images unissent.”C’est cette devise qui a guidé le travail d’Otto Neurath, philosophe et sociologue autrichien, dans l’élaboration d’une méthode d’éducation visuelle et graphique en collaboration avec le dessinateur Gerd Arntz dans les années 20 : l’ISOTYPE. Il s’agit alors pour  les professionnels de la « forme », designers facilitateurs et graphistes pédagogues, mais aussi pour ceux du «fond», journalistes, ingénieurs, développeurs et scientifiques de créer une nouvelle forme de storytelling, en s’adressant davantage à l’intelligence visuelle du public qu’à son intelligence verbale.

1. Isotype: International Picture Language, Victoria & Albert Museum, London, la complexité stylisée : créé en 1920 par le philosophe Otto Neurath et le graphiste Gerd Arntz, l’ISOTYPE (Système international d’éducation par les images typographiques), plus de 5000 signes, icônes et pictogrammes, se veut simple, universel, et non verbal. 2. Manuel Lima, Visual Complexity : Mapping patterns of Information, un nouveau langage : “Des scientifiques et designers travaillent actuellement à rendre plus faciles à comprendre des informations complexes. Ils associent couleurs, symboles, graphismes et interactivité pour faire avancer les connaissances sur un sujet donné. Ils créent ainsi la syntaxe d’une nouvelle langue.” 

ÉVOLUTION DES VALEURS

- L’UNITASKING PLUTÔT QUE LE MULTITASKING
Les travaux de nombreux scientifiques  ayant pointé le Multitasking (ou «la faculté de pouvoir effectuer plusieurs tâches à la fois ») comme perte de temps à terme, l’« Unitasking » gagne du terrain en opposant de nouvelles règles : une chose à la fois, et chaque chose en son temps.

- ORGANISER LE CHAOS INFORMATIONNEL
À l’image de l’émergence de la figure du « curateur de contenu » en ligne, c’est véritablement de filtres, de guides à travers la complexité dont le consommateur aura besoin demain, aussi bien online qu’offline, et dans des domaines qui dépassent la simple information journalistique ou culturelle, afin de naviguer au sein de flux ininterrompu de l’information.

- DE L’ÉCRIT AU VISUEL
Si le tri et la « curation » de l’information s’imposent comme une néces- sité, sa lisibilité et sa représentation constituent un des plus grands défis de demain. Face à cette prise de conscience, l’« écriture visuelle » se réinvente, augmentée » par les technologies et modes de diffusion moderne.

CONCEPTS CREATIFS

- USAGE PLANNING
Quand la facilitation passe par le tri, le classement et l’organisation intégrés, produits et services fluidifiant se font guides, « curateurs» de vie.

1. Internet Buttons by We Are What We Do. Simplifier l’accès à Internet, à Facebook, ou à Skype via des boutons colorés et personnalisables, et créer une page d’accueil claire pour décomplexer les utilisateurs novices. 2. Une collection d’accessoires de bureau qui avec leur forme de simple bloc peuvent être stockés dans tous les sens et associés pour former une série cohérente.

- ERGONOMIE VISUELLE
L’information complexe (légale, médicale, administrative...) doit se délivrer visuellement, « stylisée » via des outilsgraphiques pédagogiques pour plus de lisibilité, d’accessibilité, et de confort visuel.

1. Nutritional Information by FFunction : améliorer la lisibilité des informations nu- trionnelles par une compagnie de Montréal spécialisée dans l’interface utilisateur et la visualisation de données. 2. Tenant Rights Flash Card by Candy Chang : un guide convivial et ludique, en forme de jeu de carte, pour rendre les loca- taires de l’Etat de New York, plus familiers avec leurs droits et démystifier la loi.

share