"IN THE
NOW"
 
  • Google+
  • linkedin

Les tendances revisitent le burlesque

The Box, club-cabaret ouvert en 2007 à NYC, installé dans un ancien théâtre, fut à l’origine du renouveau et du succès actuel du burlesque classique. Avec sa troupe de danseuses ("The Hammerstein Beauties") et bien d'autres shows spectaculaires (avaleurs d’épée, gymnastes, numéros comiques de drag queen...), il rend hommage depuis ses débuts à l’art du spectaculaire et du striptease burlesque.

Preuve de son succès, le célèbre club a ouvert une seconde adresse, à Londres cette fois. Le club Londonien est aussi installé dans un ancien lieu mythique, le Raymond Revuebar, pilier local des spectacles dénudés, célèbre pour être le seul endroit de la capitale offrant des stripteases intégraux sur scène, depuis son ouverture en 1958 et jusqu’à sa fermeture en 2004.

Images d’intérieur The Box, New York
 
La démocratisation du strip-tease

Le Secret Square à Paris prouve lui aussi l’intérêt grandissant et la démocratisation de l’art de l’effeuillage et la culture cabaret. Ici, on aborde le strip-tease de manière "naturelle", dans un cadre sophistiqué qui intègre ces spectacles comme faisant partie d’une expérience dînatoire et clubbing globale. A New York, le Westway (appelé le "ironic-hipster strip joint" par le New York Magazine) valorise quant à lui ses go-go danseurs (garçons et filles) comme la nouveauté hype du moment.

Les lieux mythiques sont les nouveaux hot spots

Autre tendance forte que confirme aussi l’ouverture de The Box dans le Raymond Revuebar : la réexploitation des lieux historiques et cultes par les nouvelles adresses trendy. S’ils sont remis au propre et aux normes, ils sont toujours conservés "dans leur jus", car ce qui compte, c’est l’esprit de ces lieux (A paris, pensez au Trianon ou au Renard par exemple). Ce phénomène, loin d’être anodin, exprime un profond désir de renouer avec un certain esprit de la fête, une forme d’extravagance et de liberté d’une époque où design minimaliste et épuré ne régnait pas en maître.

De gauche à droite : 1. Image du film “Tournée” & 2. Image du Festival International du Film de Cannes, 2010, vue sur www.festival-cannes.canalplus.fr
 
Burlesque, où les multiples expressions de la féminité

Enfin, d’une manière générale, c’est l’attrait pour une forme de subversion, en réaction au conformisme général et aux critères actuels de beauté, qui soustend ce phénomène. A l’instar du thème "subversion sentimentale" de notre cahier Inspirations Hiver 12-13, pour lequel le film Tournée de Mathieu Amalric fut une influence majeure. Le succès du burlesque exprime un profond désir et besoin d’embrasser et célébrer à nouveau les multiples expressions de la féminité.

share