Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Oct 28, 2015Julie Dao Duy

Qui a dit que l’unisexe devait être synonyme de sobriété et de minimalisme …? Sous l’influence d’une nouvelle génération de créateurs, de Harlem au East London en passant par Harajuku, le mouvement agender gagne en exubérance et se réinvente en mode mash-up arty : inspirations hip-hop, références à la culture électro house psychédélique des 90’s, réminiscences folk, gothiques et esthétique digitale… Un mixe sans complexe ni logique puisque tout se vaut, tout se partage pour la génération Instagram…

Devon Halfnight Leflufy : L'artisan psyche

Avant de lancer sa marque en 2013, ce créateur de mode canadien installé à Anvers a travaillé auprès de l’excentrique Walter Van Beirendonck. S’inspirant de la culture de L.A., la collection évoque à la fois l’adolescence rebelle et le luxe urbain. Des pièces en cuir découpé au laser aux vestes peintes à la main, la marque affiche une identité très marquée qui redéfinit le prêt à porter de luxe.

Gypsy sport : Folk agender

Cette marque, qui puise son inspiration dans les tribus d’Afrique et les tenues de basketteurs, propose des pièces éclectiques en hommage à la diversité. Créée par Rio Uribe, un consultant mode originaire de Californie, la marque a fait le buzz lorsqu’elle est arrivée finaliste pour l’un des prix remis chaque année par le CFDA, le conseil des créateurs de mode américain, après avoir été nommée par Anna Wintour, la rédactrice en chef de Vogue.

MYOB (Mind Your Own Business) : Génération néo-Harajuku

Créée par deux créatrices japonaises, Tanimi et Comi, cette marque de streetwear est très prisée des inconditionnels d’Harajuku. Connue au départ pour ses spectaculaires boucles d’oreilles en Plexiglas, elle a évolué pour proposer désormais des sweat-shirts aux imprimés graphiques et des shorts oversized. Les musiciens japonais et les stars de K-Pop en Corée du Sud en raffolent.

Roberto Piqueras : Le digital punk

Roberto Piqueras s’inspire de l’influence exercée par Internet dans notre société. Originaire de Barcelone, le créateur, qui est également DJ et graphiste, utilise chaque saison des imprimés numériques incarnant à merveille l’énergie de la street culture. Installé depuis peu à Londres, Roberto est sous les feux de la rampe depuis sa collaboration avec PAOM (Print All Over Me), un site de e-commerce dédié aux designers créant des vêtements peu conventionnels.

Nieuw Jurk : La néo Gabber

Chaque saison, la marque d’Esther Meijer basée à Amsterdam rend hommage à la culture rave des années 90 avec des vêtements aux couleurs fluo et aux graphiques rétro. Influencée par le hip-hop et la sous-culture gabber, Esther propose une ligne unisexe aux accents sombres et humoristiques.