Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Jul 16, 2015Julie Dao Duy

En juin dernier, Peclers Paris s’est rendu à Art Basel. Un événement hautement stratégique pour les professionnels mais aussi très inspirant où les  tastemakers  du monde entier (collectionneurs, galeristes, marchands, curators…) se bousculent pour prendre le pouls de l’art contemporain. Cette année, près de 300 galeries et 2500 artistes de 30 pays différents exposaient leurs œuvres. Découvrez nos coups de cœurs et les grandes tendances que nous avons retenus.

SUBSTANCE

Au cœur de la couleur, au cœur de la matière.

Entre marbrures et éclaboussures, on redécouvre les abstractions nerveuses d’Emilio Vedova, peintre et graveur italien du XXème siècle, et les coulures pailletées du suisse John M.Armleder.

De son côté, l’artiste chinois Liu Wei avec ses aplats de couleurs surnaturels striés, tandis que les américains Sam Falls et John Knight nous plongent dans le pigment pur à travers leurs dégradés de pourpre et de gris.

L'art du faire

Alors que l’art contemporain a pendant longtemps été sous l’emprise du concept, les artistes semblent s’envisager avant tout comme des artisans, privilégiant le geste, la technique, le travail de la main, et misant autant sur le processus que l’objet final.

Pour la réalisation de l’œuvre « Anthroposynaptic » qui s’apparente à des vêtements grossièrement scotchés au mur, l’artiste roumain Mircea Cantor (prix Marcel Duchamp en 2011) a en fait réalisé une broderie gigantesque en trompe l’oeil.

De leur côté, Daniel Dewar et Grégory Gicquel (prix Marcel Duchamp 2012) et leurs œuvres textiles monumentales nous plongent également au cœur du geste artisanal.

 

 

Esquisses

 Un retour au caractère imparfait de l’ébauche et la spontanéité du croquis. On aime la grâce et la fraîcheur enfantine des dessins de Camille Henrot, et l’on est charmés par le dispositif mis en place par David Shrigley : une pièce avec une sculpture en son centre invitant les visiteurs à esquisser le modèle puis à l’afficher aux murs.

Collages

 Focus sur la subjectivité du collage. D’ordinaire créateur, l’artiste devient curateur, arrangeur, bricoleur d’images et d’idées : esprit moodboard pour l’artiste Tal R et ses compositions pop façon Tumblr qui mixent photos, pictos, graphismes… De son côté, l’artiste Hans Peter Feldmann expose une série de tableaux glanés au fil des ventes et des vides greniers. Des œuvres dont il n’est pas l’auteur, mais autour desquelles il crée une ligne de sens en les positionnant sur la même ligne d’horizon.

Street pop 90's

Beaucoup d’œuvres sous influence pop 90’s : on aime les oeuvres graphiques du suédois Ilja Karilampi et de la polonaise Goshka Macuga à la croisée entre références street et pop, et le kitsh artificiel des parasols néons signés Martin Boyce pour une œuvre cyniquement intitulée « we are resistant, we dry out in the sun »

COUPS DE CŒUR : HECTOR ZAMORA ET TORBJORN RODLAND

2 coups de cœur inclassables : d’un côté, les clichés déroutants et très mode de l’américain Torbjorn Rodland qui extraient la charge étrange, absurde et grotesque de situations du quotidien. De l’autre, la poésie virile et éthérée émanant des parachutes suspendus du mexicain Hector Zamora.

Détour à la Vitra Haus

Enfin, nous n’avons pas pu résister à la visite de la Vitra Haus située dans la ville de Weil am Rhein en banlieue de Bâle. Conçue par les architectes Herzog & de Meuron elle abrite la boutique flagship de Vitra ainsi que la Vitra Home Collection, et fait se succéder des mises en scènes d’intérieurs sophistiqués et hautement inspirants.