Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Nov 17, 2015Julie Dao Duy

Au sein de ce rendez-vous bi-annuel du monde de la construction, le nombre d’exposants dédiés à l’univers de la déco intérieure, hors Idéobain, a tendance à se réduire toujours plus, certains ayant choisi d’exposer à Maison & Objet, d’autres préférant des salons plus spécialisés comme Cersaie à Bologne (céramique) ou Domotex à Hanovre (tapis & revêtements de sols).

Intérieurs tout neutres

Revêtements de sol synthétiques, carrelages céramique, habillages métalliques,… les neutres, gris et beiges, sont omniprésents jusqu’à l’ « overdose » Un résultat dû à l’inspiration minérale incontournable, mais peut-être aussi à une certaine frilosité (?)

Pedrantiqua : nouvel exposant portugais avec une gamme de matières naturelles : céramique, marbre et pierre naturelle. Une large gamme d’« unis », complétée d’aspects plus fantaisie : bois usé sur grès, patch de textures sablées sur losanges ou hexagone.

Porcelaingres : revêtement en grès porcelainé, imitation bois, pierre, béton nu ou imprimé, 6 coloris : anthracite, écru, beiges, gris …

2TEC2 : revêtement de sol en vinyle tissé, collection Lustre : aspect changeants et rythmes aléatoires inspirées des textures cristallines naturelles.

CDeck : lames en matériau composite pour terrasses et piscines. 6 couleurs inspirées du bois et zeste de fantaisie dans la présentation…murale.

Seules les marques de peintures offraient une alternative colorée, avec en particulier un focus sur les bleus chez Little Green.

Extérieurs show-off

Sur le salon Batimat, le spectaculaire se découvre plutôt sur l’extérieur, et particulièrement chez les fabricants de parements de façades avec des produits développés à la demande des architectes et des designers, pour favoriser une plus grande créativité.

Reliefs décoratifs, textures trompe-l’oeil et motifs figuratifs selon les marques, des surfaces à utiliser aussi pour l’intérieur et parfois le mobilier :

Carea : minéral composite, à base de poudre d’ardoise et de résine, pour des parements de façades destinés à l’isolation thermique extérieure (I.T.E.). Un large choix de reliefs (gougé, rainuré, froissé, …) et de couleurs, jusqu’à des gammes iridescentes ou chinées granitées.

Trespa Météon : panneaux stratifiés décoratifs haute pression (HPL) à base de papier kraft ou copeaux de bois, imprégnés de résine et polymérisés. Nouvelles finitions combinant mat et brillant sur des textures patinées nuageuses, en neutres clair, noir ou brun roux inspirés de l’acier Corten.

FunderMax : panneaux compacts en stratifié HPL Max Extérior. Nouvelle gamme de coloris signalétiques Néon, collection de décors imprimés figuratifs trop stéréotypés et possibilité de décors personnalisés avec « Individualdécor »

Reckli-Artico : béton ornemental, en relief via des matrices de moulage en silicone, ou imprimé de motifs (photos, graphismes …). Pour cette version, un retardateur de prise est imprimé sur le béton, via un film décor, appliqué sur le coffrage. La surface est ensuite lavée pour obtenir l’aspect final.

Larson : des parements métalliques, inox ou cuivrés satinés, texturés ou perforés au look très tech.

Pohl : métal « déployé » pour surfaces ventilées extérieures ou aménagements intérieurs, différents rythmes, coloris « or laiton » et bruns cuivrés satinés.

Rheinzink : parements en zinc, reliefs « écailles » géométriques ou jeu de perforations décoratives, finitions mates ou satinées.

Tecnal : pour scénographier ses menuiseries métalliques minimalistes, la marque avait opté pour une architecture classique dessinée, des plafonds en miroirs et des néons suspendus, créant une sorte de vertige.

Univers du bain

Produits-vedettes incontournables, les receveurs de douche extra-plats. Les gammes se réchauffent en intégrant bruns, roux ou nude, les finitions sont plutôt satinées ou mates, et les textures minérales (ardoise ou béton) ou animales.

Kaldewei : solidité à toute épreuve avec des produits en acier émaillé garantis 30 ans.

Ceramica Althea : gamme en céramique Plus+Ton, avec surface anti-rayures, antidérapante, anti-taches, antibactérienne.

Duravit : receveur Stonetto, une surface doucement incurvée et à la finition presque mate en céramique.

Quare : receveur en quartz et résine polyester, relief texture reptile en blanc satiné.

Aquasilk Syan : outre un receveur en résine marbrée, la marque présentait aussi un receveur connecté, le PULMAN WIFI FITNESS, permettant de suivre son poids lors de sa douche.

Roca : collection de vasques Inspira en Fineceramic, une céramique solide et ultrafine qui permet des formes allégées et une économie de matériaux (30 à 40%) par rapport à la céramique traditionnelle. A noter que Laufen, qui avait le 1er présenté ce type de qualité innovante avec SaphirKeramik et la collection de Konstantin Grcic, fait partie du groupe Roca.

Hansgrohe : compacte et élégante, la ShowerTablet Select 700, une étagère-robinetterie en verre sécurité chromé ou blanc.

Et la couleur ?

Dans toute cette masse de produits en coloris neutres, quelques fabricants se distinguent et affichent  des gammes vives et multicolores, parfois inattendues. Une tendance qui semblerait en hausse au niveau des ventes selon certains exposants.

Ehret : volets en aluminium laqué, gamme « arc-en-ciel ».

Imerys : tuiles en terre cuite émaillée.

Profine : profilés en PVC pour fenêtres, nouvelle finition « proCoverTec » satinée et résistante.

Arval by ArcelorMittal :Irysa® acier pré-laqué changeant à base de pigments à effets interférentiels.

À l’intérieur :

Olfa : abattants de toilettes en bois réticulé (haut niveau de solidité) finition laquée veloutée presque mate.

Skinjay : capsules aromatiques à base d’huiles essentielles et leur code couleur signalétique. Nouvel arrivant dans l’univers des produits bien-être, cette marque propose une réponse innovante et séduisante, à destination des nomades urbains en quête d’efficacité et de plaisir. Le mixer Skinjay, un accessoire à fixer sur le cordon de douche, intègre la capsule, qui diffuse son pouvoir aromatique grâce à la micro-nébullisation, via le jet de la douche.

L'année du B.I.M !

Une grande place était réservée au thème « Bâtiment du Futur », avec l’informatique et la réalité augmentée, au service de l’architecture et de la construction, ainsi qu’un focus sur le B.I.M. (Building Information Modelling) et sa valeur ajoutée.

Modélisation des données du bâtiment (MIB) ou encore Maquette numérique du Bâtiment (MNB) dans sa transcription en français, le B.I.M. est un processus collaboratif de conception, construction, gestion et évolution d’un bâtiment, à partir d’une maquette numérique, d’une base de données et de divers logiciels. Son but vise à faciliter la communication autour d’un projet de construction, mais peut aussi être un outil pour la performance énergétique. Le B.I.M. devrait être obligatoire à partir de 2016 en Angleterre et est déjà en usage à Singapour.

Une illustration en était donnée à travers un projet-concours pour le pavillon français de l’Exposition Universelle 2025 à Paris regroupant plusieurs équipes d’écoles d’architecture, collaborant sur un même bâtiment.

La réalité augmentée était entre autre présente à travers un espace conçu par la société Realyz, qui permettait de visualiser et faire évoluer les volumes et revêtements de surface, de l’intérieur jusqu’à l’extérieur. A partir d’un espace de 3 m2 au sol et d’un casque de réalité virtuelle, le système Mobilyz permet au client ou à l’agence de modifier textures et couleurs pour mieux visualiser son projet. Cet outil pourrait se révéler utile pour les show-rooms de matériaux ou les promoteurs, mais n’est actuellement pas suffisamment subtil pour remplacer le toucher et la vision de vraies matières.