Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Jan 19, 2016Julie Dao Duy

Alors que vient de s’achever le CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, rendez-vous annuel des innovations du monde de l’électronique, petit point sur la beauté connectée, un secteur en plein essor, qui occupe de plus en plus le devant de la scène du salon. Autrefois considérés comme des gadgets hors de prix aux bénéfices parfois discutables, on voit apparaître aujourd’hui de réelles innovations qui ouvrent de nouvelles perspectives et redessinent les contours du secteur de la beauté.

SMART JEWELRY

Le point de départ des objets connectés c’est d’abord le marché du sport avec une multitude de propositions autour des bracelets, véritables coachs qui calculent, analysent et motivent. La nouveauté cette année, comme nous l’analysons dans le thème Glamcore du cahier beauté FW 17-18, c’est l’évolution des designs vers plus raffinement et de sophistication : on parle maintenant de « Smart Jewelry ». Les bracelets ne se contentent plus d’accomplir une fonction, ils deviennent de véritables ornements et l’aspect technologique disparaît peu à peu au profit du style.
À l’image de The Socialite Collection de la marque américaine  Wisewear, bracelet « haute-couture » lancé en partenariat avec la célèbre icône de mode Iris Apfel .

De son côté le June de Netatmo mesure l’exposition aux UV afin de prévenir le vieillissement prématuré de la peau. Le design a été confié à Camille Toupet, designer pour Boucheron ou encore Dinh Van.

À noter enfin que l’on trouve aujourd’hui toutes sortes de bijoux connectés au-delà des bracelets : des colliers, des boucles d’oreilles mais aussi des bagues comme Ring chez Ringly  qui vibre et s’éclaire lors de la réception d’appels, projet que nous avions déjà mis en avant dans notre cahier Futur(s) 14.

Check-up sur mesure

Les projets qui ont fait sensation lors du CES proposent une réelle approche du sur-mesure. Une petite révolution dans le domaine du soin qui devrait intéresser plus d’un centre de R&D… Encore positionnées sur le segment haut de gamme, on peut imaginer qu’à moyen terme, ces machines de la cosmétique du futur deviendront plus accessibles.

La Start-Up française Romy lance Figure, sorte de « Nespresso du soin beauté » capable à partir d’une analyse du climat, du niveau de stress et de fatigue… de fabriquer chez soi ses propres soins journaliers. Très simple d’utilisation, cette machine que nous mettons d’ailleurs en avant dans le thème Radical Clash de notre cahier beauté FW 17-18, adapte jour après jour la juste dose d’actifs et se recharge à partir de capsules monodoses ultra ciblées.

Mapo de Wired Beauty, est le premier masque de beauté connectée sur-mesure. En une minute il collecte des informations, notamment le taux d’hydratation de la peau, qu’il transmet ensuite à une application et à sa communauté. Résultat : une meilleure connaissance de sa propre peau, afin d’optimiser ses besoins en hydratation.

L’Activ’feel de Feeligold, une solution beauté globale qui associe la diffusion de micro courants bipolaires et l’emploi de LED. Deux techniques photo dynamiques qui activent la synthèse de collagène, de fibroblastes et d’élastine pour un effet repulpant. L’Activ’feel agit également en synergie avec les soins pour améliorer la biodisponibilité des actifs et décupler leur efficacité sur la peau.

Healthy beauty

Nous observons depuis quelques saisons maintenant un rapprochement de plus en plus fort entre la beauté et la santé. Un rapprochement qu’incarnent tout particulièrement  les objets connectés en proposant des outils et services capables d’offrir une quasi indépendance du consommateur.

Au printemps prochain L’Oréal lancera My UV Patch sous la marque La Roche Posay. Un patch à appliquer sur la main, composé de colorants photo-sensibles, qui permettra, sur une durée de 5 jours, de surveiller et mesurer le niveau d’exposition aux rayons UV. Connecté à une application, il permettra d’ajuster le niveau de protection solaire.

Breathe Up, développé par le groupe Tera, spécialiste de la qualité de l’air, est une application connectée à des capteurs capables d’analyser l’air intérieur mais aussi celui qui nous entoure lors de nos déplacements, afin de nous conseiller sur les bonnes attitudes à adopter pour éviter toutes pollutions respiratoires.

DietSensor est le premier coach nutritionnel instantané qui permet de scanner les aliments pour connaître leurs valeurs nutritionnelles et ainsi mieux contrôler son alimentation. Une application accompagnée d’un spectromètre appelé SCiO qui permet de calculer les calories et autres propriétés nutritionnelles mais aussi de donner des conseils pour une alimentation équilibrée.

Plus ciblé enfin, le détecteur de Gluten par l’américain 6SensorLabs et sa machine Nima, capable de tester le taux de gluten contenu dans un plat.  Les résultats obtenus sont postés et mis en réseau afin que la communauté puisse juger un restaurant par exemple.

Retail 3.0

L’expérience retail évolue aussi vers plus de partage et d’interaction à l’aide d’outils intelligents et de gadgets innovants : écrans ou tablettes tactiles connectés, robots-hôtesse d’accueil, distributeur automatique d’échantillons…

Toujours avec une longueur d’avance, l’enseigne Sephora innove sur le marché avec l’ouverture de Sephora Flash, un nouveau concept de point de vente de proximité inspiré d’internet. Une manière de répondre également au manque d’espace commercial au cœur des grandes agglomérations (100m2 contre, en moyenne, 400m2). En complément de cette nouvelle offre l’enseigne met également en place le Click & Collect dans l’ensemble de ses 320 magasins français.