Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Feb 07, 2018Julie Dao Duy

Les salons CIFF, RAVEN et REVOLVER  se sont tenus à Copenhague, du 29 janvier au 2 février. L’occasion pour la scène mode scandinave de réaffirmer son dynamisme et sa créativité. Toujours aussi pointu, le salon Raven s’est vraiment spécialisé sur une offre menswear très sélective, avec une cible internationale, axée sur les Millennials. Les salons Ciff et Revolver, qui proposent des collections mixtes, étaient quant à eux moins novateurs cette saison.

Anne Sagant, Charlotte Dechelette et Martine Chadenier ont décrypté pour Peclers(+) les tendances fortes de ces salons.

D’un point de vue général, les marques homme et femme ne semblent pas avoir choisi le même positionnement : alors que le menswear se démarque par une grande créativité et beaucoup de nouveautés, du côté de la femme les changements ne sont pas flagrants. Autre point important, certaines marques se recentrent sur des collections mono-produits (tee-shirts, grosses pièces techniques…) ou autour d’une matière, (comme le velours ou les tissus tech).

La sneaker était la vedette des différents salons : des coloriages et mix & match de matières sophistiqués, des semelles running très épaisses ou grosses semelles blanches façon skate, des sneaker chaussettes stretch inspirées de Balenciaga…

1)    Inspiration outdoor

2)    Sport tech & design

3)    Inspiration skate

L’inspiration sport 80’s toujours très présente, avec la forte influence de Champion et Kappa.

 

Les points forts animations :

1)    Graphisme sport sous influence 80’s-90’s

1)    Typo message

1)    Graphisme et jeux de police : typo décalée, façon rebus et presque abstraite

2)    Figuratifs symboliques, comme des émoticônes

L’influence street se « chic-ise », sous influence preppy et 80’s. Les collections gagnent en sophistication.

La réappropriation culturelle, en provenance d’Egypte ou du Japon, se fait remarquer dans les collections.

–       Twelve Pieces, un vestiaire sous influence égyptienne : tee-shirt, jogg écru associé aux rayures djellabas

–       Calee : utilisation des motifs et textiles traditionnels japonais

–       LABRUM.  : marque en provenance des UK, d’inspiration africaine, et plus précisément du Sierra Léone

–       Marché noir : mélange de vêtements de travail et pièces iconiques comme la toge africaine

Scénographie des stands

–       Forum d’entrée du CIFF : VOID

On entre dans le salon par une exposition photo, comme on entrerait dans une galerie. De jeunes créateurs y présentaient leur travail au travers d’une sélection de photos.

–       SHOW STUDIO

L’œil du CIFF présenté sous la forme d’illustrations

 

–       Max Lamb et Virgil Abloh proposaient un « atelier menuiserie » où les visiteurs pouvaient créer eux-mêmes leur propre chaise (« DIY chair »)

–       Ann Sofie Back propose un stand décalé, entre stand de téléphonie mobile et exposition photo à la Martin Parr

–       Une décoration minimaliste sur l’ensemble du salon : la Scandinavie rencontre le Japon !

En bref, cette saison une attention toute particulière a été portée sur la scénographie, avec des halls d’entrée qui évoquaient ceux des foires d’art contemporain.

Les looks repérés sur le salon

–       La doudoune fantaisie

–       Les dos animés

–       Total-look = tout couleur ou tout carreaux…

Les points forts matières

–       La fausse peau lainée : polaire moutonnée, fausse fourrure bouclée travaillée minimaliste

–       Le velours côtelé, tous types de côtes

LES MARQUES COUP DE COEUR

–       Ashes to ashes : sweater et vestiaire sport californien

 –       Twelve Pieces