Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Jul 20, 2018Julie Dao Duy

Un sentiment d’excitation a parcouru les défilés masculins et a quelque peu « réveillé » les codes du luxe. Quelques grands défilés étaient en effet attendus avec impatience : Virgil Abloh chez Louis Vuitton, Kim Jones chez Dior, le tout premier défilé homme Jacquemus…

Mais que retenir de cette fashion week toujours plus effervescente ? Quelles grandes tendances se dégagent pour le vestiaire masculin ? Un sentiment majeur, en tous cas, émerge : plus que jamais les Millennials ont marqué de leur influence la mode masculine. Les codes du street et du casual s’imposent toujours plus. Les cool kids défilent désormais sur les runways, les rappeurs siègent fièrement en front row et une certaine idée du cool s’impose sur cette saison estivale.

Les nouveaux "crew" de la high fashion

L’influence street et hip-hop continue de faire défiler baskets et hoodies sur les runways, imprégnant de façon durable l’identité des plus grandes maisons. L’annonce de la nomination de Virgil Abloh à la tête des collections homme de Louis Vuitton avait déjà fait l’effet d’une bombe. Cet architecte de formation, bras droit de Kanye West et fondateur du label Off-White, bouscule les codes du luxe en imposant son empreinte très street. Sa toute première collection homme, très attendue, n’a pas déçu. Tout en adoptant les références et essentiels de la maison, le directeur artistique les twiste à sa manière. Le célèbre monogramme se décline alors sur des nouveaux costumes, le tailoring devient street, les pastels ont la part belle, les touches de fluo réveillent les ensembles coordonnés et les looks 100% blancs, presque virginaux, se portent sur des peaux noir ébène. Et le directeur artistique n’était pas venu seul, dans son sillage, son « gang » ; un crew de rappeurs, célébrités, d’artistes et d’influenceurs. Une aubaine pour la high fashion qui souhaite à tout prix séduire la génération Millennial.

Du côté de chez Dior Homme, c’est Kim Jones qui a repris les rênes de la maison. En s’associant avec l’artiste new yorkais KAWS, connu pour ses détournements de la culture pop, son esthétique street inspirée du graffiti et ses nombreuses collabs avec des marques grand public, le directeur artistique a lui aussi rajeuni et « casualisé » l’image de Dior, accueillant ses invités prestigieux sous une statue géante rose bonbon de 10mètres de haut. A noter aussi en front row, le rappeur A$AP Rocky, égérie de la maison et l’artiste japonais Takashi Murakami. Quant à la collection, elle met en avant des classiques, comme la toile de Jouy, l’imprimé floral ou encore le saddle bag. Mais toujours avec une touche street : costume porté avec des sneakers, accessoires bling par Yoon de la marque Ambush, casquettes à l’envers et sac iconique féminin décliné en banane.

Les attitudes

Adolescence premium

Entre lazy et décomplexé, l’influence du streetwear et du sport gagne toujours plus de terrain sur les podiums, pour une attitude fun, loose et relax, avec imprimés comics, retour du tie & dye, lignes amples, dans un esprit parfois surf.

Urban trek’

Suite de cette tendance repérée chez la femme cet hiver, mais cette fois-ci en version estivale : une idée d’ultra-fonctionnel, dans un esprit trekking en ville. On renouvelle les multi-poches et on modernise le gilet outdoor.

Up-cycling créatif

Mix & match de matières et d’imprimés, assemblages de pièces presque aléatoires, comme des patchs rapiécés : l’up-cycling se débride et exprime toute sa créativité.

Vous souhaitez en savoir plus sur un accompagnement personnalisé, contactez charlotte.delobelle@peclersparis.com