Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Feb 21, 2018Julie Dao Duy

Par Elen Pouhaër & Marie Douchet

De Han Kjobenhavn à la jeune griffe HÆRVÆRK, fondée en 2016 par Niels Gundtoft Hansen, en passant par le label innovant Ganni, la capitale danoise a vibré aux couleurs de la Fashion Week. Retour sur les temps forts et coups de cœur de ce nouvel opus surfant entre guérilla urbaine et soft empowerment.

 

URBAN PROTECT

Dans un esprit guérilla urbaine, le vestiaire de survie mise sur la performance et le confort avec des tenues aux volumes enveloppants réalisées dans des matières ultra-techniques.

Chez Han Kjøbenhavn , on retrouve dans la nouvelle collection baptisée “Imperfect Sanity” une silhouette associant un pantalon matelassé kaki à un coupe-vent light et à un vêtement de pluie en PVC transparent frôlant le bitume tandis que Baum Und Pferdgarten imagine une combi matelassée jouant la carte de la protection extrême.

Même esprit warrior chez Astrid Andersen avec une doudoune puffy sans manches, chez HÆRVÆRK avec un néo-battle rembourré ou encore Halo, qui présente une parka cape néo-militaire aux motifs pixels.

REAL CASUAL

Le label éthique Uniforms for the Dedicated mais aussi Ganni, J. Lindeberg et Baum Und Pferdgarten optent cette saison pour un vestiaire easy going à porter au quotidien.

A la fois simple et clean, cet « uniform worker » adopte un esprit Redneck chez J Lindeberg ou Macadam Cowboy chez Ganni, évoquant le film culte Buffalo 66 avec un total look denim.

Effortless, cette nouvelle collection FW18-19 a été imaginée en partie tel un hommage à Copenhague, avec les clichés inspirants de l’artiste protéiforme Ana Kras.

HANGING OUT CULT'

Entre street et grunge, l’attitude est nonchalante, l’imperfection est de mise. Un vestiaire plus junior, dans un esprit « lost kids ».

A l’image des silhouettes populaires inspirées des banlieues, le mix & match est à l’honneur chez des créateurs tels que Haervaerk, Martin Asbjorn, Han Kjøbenhavn ou encore Astrid Andersen, qui a présenté des silhouettes mixant sportswear, menswear et womenswear faisant écho à sa collection masculine présentée en janvier dernier lors de la Fashion Week de Londres. Un vestiaire vibrant et hétéroclite s’inspirant du mouvement Buffalo  lancé en 1985 par le photographe Jamie Morgan et le styliste Ray Petri.

SOFT EMPOWERMENT

Les collections FW18-19 signées Freya Dalsjo, Mark Kenly Domino Tan, By Malene Birger ou Munthe revisitent la silhouette féminine powerful, surfant entre codes romantiques et esprit office.

On retrouve une robe longue sensuelle aux imprimés floraux associée à des sneakers chez Ganni et Munthe, tandis que la veste de tailleur, retravaillée et réinterprétée, se marie à de délicats plissés chez Freya Dalsjo. Entre vestiaire fluide et structuré, délicat et strong, le tailoring s’hybride en misant sur les jeux de contraste.