Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Aug 10, 2018Julie Dao Duy

L’extravagance est de mise cette saison à Copenhague ! Désormais reconnue comme un rendez-vous mode incontournable, la fashion week danoise fait de plus en plus parler d’elle. Jusqu’ici plutôt classique et sage, elle tend à plus de créativité et d’expérimentation, mettant en avant ses grandes écoles de mode, avec notamment les défilés très remarqués de la Design School Kolding, la Scandinavian Academy of Fashion Design, the Royal Danish Academy of Fine Arts, ou encore la Designer’s Nest.  Le durable est également à l’honneur, ainsi que les questions de diversité et de genre. La beauté des corps, dans leur pluralité, s’exprime sans contrainte sur les défilés. Retour sur les points forts de la semaine.

PLAYGROUND LOVE

Une silhouette à la fois féminine, délicate et romantique qui s’exprime tout en fluidité et transparence. Les couleurs pastel se mêlent aux couleurs plus vives : à la sensualité s’ajoute une touche de fun ! Du côté des matières, on mise sur l’organza, les volumes romantiques, avec un focus sur les imprimés floraux. Le cute pretty dans toute sa fraîcheur !

FEMININE UTILITY

Les vestiaires casual et workwear, aux influences presque rurales, gagnent en sophistication et en élégance pour un look fonctionnel, cool et en même temps minimal. Une attention toute particulière est portée aux belles matières. La voix de certains créateurs, comme Mykke Hofman ou encore Blanche, s’élèvent pour défendre une mode durable et responsable, en communion avec la nature. Cette prise de conscience des jeunes créateurs pèse de tout son poids sur le monde de la mode, à l’aube d’un tournant.

DISTURB DYSTOPIA

Dans une influence street et dark, presque post apocalyptique, les couleurs signalétiques défilent sur les podiums de Haervaerk, Han Kjobenhavn ou encore Cfw x Boozt. Décors grunge, vestiaire de survie outdoor et touches d’activewear, les silhouettes semblent tout droit sortir d’un film de science-fiction au futurisme pessimiste. Un poétisme dark où les visages à moitié dissimulés et le côté recyclé évoquent le vestiaire de la créatrice française Marine Serre.