Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Mar 09, 2018Julie Dao Duy

La Fashion Week milanaise ne s’est jamais montrée aussi progressiste. Les traditionnelles références au baroque italien laissent place à une mode plus expérimentale et une féminité empreinte de modernité. Le concept même de défilé se renouvelle, grâce à des décors futuristes et des apparitions surnaturelles. Un vrai mash-up créatif,jeux de lumières et couleurs néons apportent un vrai coup de punch !

SCIENCE FICTION

C’est un monde troublant, voire effrayant, qu’a créé Allessandro Michele pour Gucci. Dans un bloc opératoire aseptisé et rétro futuriste, ses mannequins ont arboré d’étranges accessoires : tête coupée à leur propre effigie, bébé dragon, troisième œil sur le front…Dans cet univers angoissant, où le créateur endosse le costume du chirurgien, des humains en perpétuelle évolution se cherchent une nouvelle identité.

Avec ce même goût pour la théâtralisation, la maison Prada a su elle aussi « faire le show ». Au dernier étage de la Fondazione Prada, encore en construction, les spectateurs ont assisté à un défilé comme suspendu dans les airs, au bord de l’abîme, où les néons colorés faisaient office de repère dans l’obscurité. Singes, bananes, dinosaures…les personnages aux couleurs signalétiques prenaient vie sur Instagram où Lil Miquela, l’influenceuse/avatar devenue star, postait frénétiquement des Gifs. La griffe italienne a su créer l’évènement, aussi bien dans le monde digital que dans le monde réel.  

SPACE-TIME REMIX

Mélanger, accumuler, contraster…du gothique au folk, en passant par des motifs « archives » modernisés, les créateurs milanais en fait du mashup leur spécialité. Explorant les différentes cultures, traversant les époques, les silhouettes de Prada, MSGM ou encore Gucci, jouaient avec les contrastes. Total look imprimé fluide associé avec des accessoires tech’, carreaux tradi remixés, imprimés orientaux en accumulation, turban sikh et bomber US…comme passé au shaker, le cocktail d’influences donne naissance à des silhouettes modernes et inspirées.

PLASTIQUE & SPORT

Place à la couleur et à une esthétique aussi ludique que pratique ! les silhouettes de Marni, (certaines en colorblock, hommage à Yves Klein), s’inspirent de l’imaginaire rétro-futuriste pour réinventer en couleur les effets plastiques, les cuirs et matières vinyles. Le bi-color s’impose aussi sur les défilés, jouant aussi avec les contrastes de matières. Ce courant ne se veut pas uniquement « happy » ; les mannequins de Francesco Risso défilaient dans un hangar désaffecté où de vieux pneus servaient de fauteuils aux invités. Une approche « techno primitive » du vêtement (matières recyclées en patch et impers tech’ ultra-brillants aux finitions raw cut), à l’image d’une société obsédée par l’innovation et incapable de ne pas gaspiller.