Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Mar 16, 2018Julie Dao Duy

Entre fantasme de la bourgeoise chic, laboratoire créatif et layering compulsif, la Fashion Week de Paris a clôturé une saison engagée. Comme une ode à la création, les créateurs ont fait preuve d’un grand talent pour l’hybridation. Mélange des tissus et des styles, déconstruction des formes, accumulation des pièces, DIY maîtrisé…La Parisienne expérimente et réinvente les codes du chic et de l’élégance.

Retrouvez l’analyse complète de la Fashion week de Paris dans notre rubrique défilés.

Expérimental

Les silhouettes déconstruites de Sacaï, l’esprit faussement DIY de Marine Serre, le mix de matières et de produits chez Loewe, l’abondance de tissus presque baroque chez Y Project…les créateurs parisiens osent les mix  inattendus. Tout est question de maîtrise, pour des pièces très couture et parfois même poétiques ! La déconstruction se niche dans le détail des drapés, des découpes et des matières. Le foulard chez Marine Serre se recycle et devient top, jupe, sac ou imprimé. Le défilé de la créatrice, très attendu, mélange à nouveau des éléments du vestiaire sportif, comme les sous-pull seconde peau en tissus tech, avec des pièces ultra-féminines, comme la jupe crayon en cuir. Certains mannequins portaient aussi la cagoule, tels des athlètes de biathlon. Une référence qui tombait à pic avec la clôture des Jeux Olympiques de Pyeong Chang.

Nouvelle Parisienne

Nicolas Ghesquière chez Louis Vuitton twiste le traditionnel tailleur à la Chanel, lui offrant de nouvelles proportions : veste plus courte, découpes façon bustier, jupes enrichies de chainettes… Entre lieu historique et esthétique futuriste, codes tradi et touches expérimentales, c’est au cœur de la magnifique cour Lefuel du Louvre, habituellement fermée au public, que le créateur a fait atterrir son vaisseau spatial. Chez Chloé, pour sa deuxième collection, Natacha Ramsay-Levi évoque en inspiration l’image de d’une bourgeoise parisienne incarnée par Cindy Sherman ou encore Stéphane Audran. Sa robe floue drapée, au décolleté V profond et au porté fluide, modernise une allure chic et ultra-sensuelle. Une féminité et une sensualité que revendique aussi Jacquemus, avec ses silhouettes estivales inspirées des souks marocains, dans des tonalités chaudes et en référence à la « terre ».

Ultra-protection

De New York à Paris, le besoin de protection s’exprime sur les défilés. Il a donné naissance à une silhouette massive, aux volumes XL. Demna Gvasalia chez Balenciaga a créé pour sa dernière collection un décor de montagne enneigée, mêlé à des graffitis urbains. Un mix de culture snowboard et de températures extrêmes, où progressivement les silhouettes accumulaient les couches. D’abord la petite robe en velours, puis le manteau en tweed, jusqu’à l’accumulation de pardessus, bombers et manteau de fourrure…ce « layering compulsif » (comme si l’on devait porter sa vie sur soi) s’accompagne d’une démarche responsable. Le créateur reversera une partie des bénéfices de cette collection au World Food Programme.