Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Jul 26, 2017Julie Dao Duy

Pour l’été 2018, le vestiaire masculin s’affranchit des codes en total look loose, sous l’influence des Millennials et de griffes telles que Balenciaga ou Etudes. Silhouettes aériennes, volumes amplifiés, matières fluides…La liberté est plus que jamais à l’honneur !

La saison précédente, les vêtements XXL étaient déjà sur le devant de la scène, associés à des pièces plus fittées, jouant la carte du contraste. Omniprésent, l’oversize s’étend désormais à toute la silhouette, du tailoring au streetwear. Décryptage par Isabelle Lartigue et Marie Sauvêtre, du secteur mode Homme.

Chic easy

L’Upper casual évolue en privilégiant simplicité, souplesse et modernité. Les pantalons à pinces se marient à des pièces aux épaules carénées pour amplifier les volumes. Chez Cerruti 1881, N Hoolywood ou Lemaire, le vestiaire XXL devient synonyme de nonchalance sophistiquée.

Véronique Nichanian, chez Hermès, imagine un vestiaire estival privilégiant les matières fluides dans des teintes mixant taupe, sable, et vert flashy tandis que Christophe Lemaire, inspiré par des groupes de musique allemands tels que Kraftwerk ou La Düsseldorf, fait la part belle aux matières techniques ultra light.

Formel XXL

De Paris à Milan, les créateurs révolutionnent les codes pour réinventer le workwear.
Influencé par les années 80, la silhouette se métamorphose, affichant des lignes fluides et des volumes surdimensionnés, à l’image de Paul Smith (qui signe ici son deuxième défilé mixte), habitué aux silhouettes straight, qui livre une collection SS18 aux proportions revistées, avec des tenues mêlant tailoring loose et imprimés hawaïens.

Cool Street

Les portés sont repensés, avec un vestiaire qui mixe sportswear et plein été chez Vuitton, Sacai ou Lanvin.

A Londres, la créatrice en vogue Martine Rose a présenté sa collection SS18 dans une salle d’escalade à Tottenham avec une série de coupe-vent et parkas allongés, associés à des chemises et pantalons extra-larges.

NEW WORK

Influencé, entre autres, par le Street asiatique, le vêtement de travail se réinvente, travaillé en coordonnées loose version chic.
Lee Wood, nouveau directeur artistique de Dirk Bikkembergs, a travaillé autour de la jeanerie, s’inspirant du mouvement architectural « brutaliste ». Les blousons denim oversize s’associent ainsi à des jeans agrémentés d’empiècements, de zips ou de gigantesques ourlets apparents.

« Je voulais appliquer ce principe à la mode de Dirk Bikkembergs en racontant le vêtement de façon directe, sans fioritures. J’ai utilisé les matières de façon très directe, comme le maçon qui laisserait le ciment ou le béton apparents ». (Lee Wood)