Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Jul 05, 2017Julie Dao Duy

Artiste américaine emblématique, Georgia O’Keeffe, qui fait actuellement l’objet d’une rétrospective au Brooklyn Museum de New York, a développé un style vestimentaire inimitable, illustrant quelques-unes des dernières tendances clés. Décryptage par Mai Nguyen, styliste senior.

Un personnage multifacette

L’exposition « Georgia O’Keeffe : Living Modern » offre un point de vue inédit sur cette artiste phare, principalement connue pour ses peintures de fleurs géantes et ses paysages désertiques du Nouveau Mexique où elle a vécu la majeure partie de sa vie.

Les œuvres de Georgia O’Keeffe entament un dialogue avec sa garde-robe personnelle ainsi qu’une série de portraits de l’artiste réalisée par les plus grands photographes tels que Cecil Beaton, Andy Warhol, Bruce Weber, Annie Leibovitz et surtout par son mari, le célèbre galeriste et photographe Alfred Stieglitz.

Le parcours met ici en lumière la cohérence globale entre la vie, l’œuvre, l’univers personnel et le style vestimentaire de l’artiste, qui n’a jamais dérogé à ce principe d’unité esthétique et conceptuelle tout au long de son existence.

Une artiste pionnière

Georgia O’Keeffe nait le 15 novembre 1887 à Sun Prairie dans le Wisconsin. Indépendante et hors-norme, elle quitte le milieu Victorien de son enfance pour rejoindre le courant Arts and Crafts, avant de s’installer près de Santa Fe, au Nouveau Mexique, dans son Ghost Ranch.

A la fois modèle et muse de nombreux peintres et artistes, cette femme au destin hors du commun fait écho au thème « Pionnier » de notre cahier mode Femme FW 18-19 par son côté féministe avant l’heure, mais aussi par son choix de vivre dans un environnement hostile et désertique, néanmoins si inspirant.

Evoquant le courant « Nomade Moderne », son vestiaire inspiré par les paysages arides du Nouveau Mexique et par l’esthétique nippone, met l’accent sur un confort à toute épreuve en mixant workwear sublimé, lignes fluides et épurées.

Georgia O’Keeffe est également la première femme artiste de l’art moderne à devenir célèbre. Une célébrité qui vient non seulement de son œuvre, mais aussi du personnage complexe, austère, et secret qu’elle a construit au fil des années avec cette même unité de ton et de style, et dont on sent aujourd’hui plus que jamais l’influence.

Wild Wild West

Le défilé Croisière 2018 de Dior, qui s’est déroulé à Los Angeles au milieu du désert, illustre non seulement le regain d’intérêt pour le Grand Ouest américain, mais aussi le rayonnement du personnage de Georgia O’Keeffe. Celle-ci livre une version épurée et plus sophistiquée du Wild Wild West, avec une prédilection pour les neutres, le blanc et le noir (qui ont été ses couleurs uniques pendant des années), puis les coloris inspirés du désert, notamment les teintes de sable et de pierre.

Néo workwear

Georgia O’Keeffe réalisait elle-même ses vêtements ou les faisait fabriquer selon ses propres modèles. Des robes sages des années 20 aux robes portefeuille qu’elle faisait dupliquer en colorama, l’artiste visait ainsi l’unicité de son style, le non-conformisme, la simplicité et la fonctionnalité du vêtement de travail, mais aussi le confort. Une approche ultra moderne de la mode, qui part d’une volonté de créer un véritable style.

En vivant dans ses ranchs (elle en avait deux), Georgia O’Keeffe découvre le denim qui devient vite un autre modèle d’uniforme. Ses total looks denim Levi’s, en brut, délavé, en tunique ou pantalon, en camaïeu de bleu, ses chemises d’homme customisées, son androgynie sensuelle n’ont jamais été autant d’actualité. En écho au Flash Mode Femme Fall 2018 intitulé « Faire revivre les classiques du sport », on retrouve ce vestiaire inspirant composé entre autres de maxi robes chemise et de total looks en denim.

Dans le dernier défilé Calvin Klein sous la direction artistique de Raf Simons, on comprend la pérénnité de cette approche du vêtement comme uniforme, sans genre, notamment à travers le denim porté de la tête aux pieds. Est-ce un hasard si en 1984 déjà, Bruce Weber avait shooté la campagne de Calvin Klein dans le Ghost Ranch de Georgia O’Keeffe ?