Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Apr 19, 2017Julie Dao Duy

Par Elen Pouhaër

Social network, interdisciplinarité et esprit communautaire sont au cœur de l’ADN de nouveaux projets hôteliers conçus pour les Millennials. Face au géant Airbnb et au succès d’auberges de jeunesse telles que le Generator, ces lieux hybrides réinventent les codes de l’hôtellerie en misant sur les liens sociaux.

Néo-refuges urbains

De nouveaux concepts d’auberges de jeunesse se multiplient dans les grandes métropoles. Le marché est dominé par les groupes britanniques St Christopher’s Inn, Generator, et l’allemand Meininger, qui prévoit d’inaugurer fin 2018 sa première adresse parisienne à deux pas de la porte de Vincennes, mêlant dortoirs partagés et chambres privées.
Ces établissements ouverts sur l’extérieur misent avant tout sur le lifestyle, s’inspirant notamment de Trips, le dernier service d’Airbnb qui enrichit le voyage en offrant la possibilité de tester diverses expériences hors du commun via la communauté d’hôtes.

Marché bio, résidence d’artistes, cinéma en plein air, potager sur les toits cultivés par les habitants du quartier, cours de tai-chi et de méditation… Direction Saint-Ouen, dans les anciens bureaux de General Electric, pour découvrir le tout nouveau Mob Hotel.
A la tête de ce projet coopératif, Cyril Aouizerate, qui avait déjà imaginé les Mama Shelter, en 2008, aux côtés de Serge Trigano et Philippe Starck. D’autres ouvertures de Mob Hotels sont d’ores et déjà programmées à Lyon Confluence, Bordeaux, Washington et Los Angeles.

Résolument tourné vers le vivre-ensemble, le MOB a également pour ambition de favoriser la créativité entrepreneuriale et artistique avec un espace de travail collectif, baptisé Kolkhosita, qui accueille une dizaine de jeunes entreprises. L’hôtel, qui souhaite mixer touristes internationaux et habitants du quartier, propose également une épicerie de produits locaux issus de coopératives bio, des concept stores et un atelier de bricolage.

« Tout est pensé pour entretenir une certaine porosité avec les gens aux alentours et provoquer des rencontres ». (Cyril Aouizerate)

SOCIAL STAY

A Chicago, dans une ancienne caserne de pompier datant de 1905, l’hôtel The Hollander mixe lui aussi chambres à partager et espaces privés. Doté d’une « social room » et d’un coffee bar, l’établissement créé par le groupe hôtelier mexicain Grupo Habita a été designé par le studio Cigüe en collaboration avec l’agence Delordinaire.
L’hôtel est directement relié à un autre établissement du groupe offrant aux locataires du Hollander la possibilité de bénéficier d’une piscine et d’un restaurant panoramique situés au sommet du Robey.

The Hollander favorise les liens sociaux avant même le début du séjour en proposant de se rencontrer sur Instagram avant de partager une chambre avec d’autres voyageurs.

Même concept pour Jo&Joe, la nouvelle marque du groupe AccorHotels pensée pour les nouvelles générations. Le concept ? Des « Open House » entre auberge de jeunesse et location d’appartement. Situé à Hossegor, le tout premier hôtel Jo&Joe, imaginé en partenariat avec les marques Quiksilver et Roxy, va ouvrir ses portes dans quelques semaines​.
Salon et cuisine collaborative, terrain de pétanque, cours de yoga, concerts mais aussi masterclass et ateliers avec les athlètes et ambassadeurs Quiksilver et Roxy…

Pour développer sa plateforme digitale, AccorHotels a fait appel à la Web School Factory, une école de management spécialisée en design, technologies numériques et marketing, tandis que le design de l’hôtel a été confié à Lee Penson, qui a imaginé les sièges de Google et YouTube. Résultat, des chambres dotées d’un mobilier modulable, des espaces à partager pour favoriser les échanges, une appli pour fédérer la communauté et un Chatbot en guise de concierge accessible via WhatsApp ou Facebook Messenger.

Ecosystèmes hybrides

Autre nouveau venu dans l’hôtellerie, le Yooma-Urban Lodge, situé sur le quai de Grenelle, dans le 15ème arrondissement.

Ce complexe hôtelier designé par Ora Ito en collaboration avec Daniel Buren se compose essentiellement de chambres pouvant accueillir 4 à 6 personnes. A l’inverse des auberges de jeunesse, l’établissement privilégie les personnes voyageant ensemble, en famille ou entre amis. Le Yooma-Urban Lodge, qui mise sur l’expérience, accueille, entre autres, une école de cuisine pour les hôtes et les parisiens, une exploitation maraîchère sur les toits, et une résidence d’artistes.

« Les familles ou les groupes de jeunes actifs ne se voient proposer aucune solution d’hébergement autre que Airbnb: il fallait offrir une alternative hôtelière » explique Pierre Beckerich, son fondateur.

Lauréate de l’appel à projets urbains « Réinventer Paris » (lancé par la Ville de Paris en novembre 2014), l’enseigne néerlandaise Zoku participe à la création du «premier quartier zéro carbone de la capitale» sur le triangle Éole-Évangile situé Porte de Clichy. En 2021 s’élèvera une plateforme de vie conçue comme un véritable écosystème, mêlant différentes formes de travail, de restauration, d’activités culturelles et d’hébergement : Stream Work, Stream Stay, Stream Eat et Stream Play. Ces programmes répartis en 4 grands pôles répondent aux différents besoins d’une journée et assurent l’occupation de l’immeuble 24h/24.

L’UCPA prévoit d’aménager une auberge de jeunesse accompagnant un pôle sportif tandis que Zoku (qui signifie famille, tribu ou clan en japonais) inaugurera son nouveau concept d’hôtel/appartement de 125 lofts alternatifs de 25 m2 conçus pour optimiser le séjour et le travail en groupe.

Ce bâtiment hybride conçu par PCA-Philippe Chiambaretta Architectes « affirme une architecture plus relationnelle que formelle pour la métropole de demain. Ce projet signe l’aboutissement de 10 ans de recherches interdisciplinaires menées par Stream », livre-revue à l’intersection de l’architecture, de l’art et de l’économie.