Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Feb 06, 2017Julie Dao Duy

Par Elen Pouhaër

Après L’Oréal, Dior, Urban Decay ou encore Chanel, c’est au tour de Sisley d’ouvrir les portes de son tout premier flagship beauté au cœur du 8e arrondissement parisien. En parallèle, les pop-up stores fleurissent aux quatre coins de la capitale, à l’image du tout nouvel espace éphémère d’Aesop dédié aux soins du visage, imaginé par Paulin Paulin Paulin. Misant sur la création d’un univers fidèle à leur ADN, ces maisons misent sur l’expérience immersive et le sur-mesure, en réinventant l’univers de la beauté par le design.

Si les ventes mondiales de maquillage explosent, notamment grâce aux réseaux sociaux et aux influenceuses, l’expérience shopping physique et l’expérience digitale ont une contribution équivalente à l’aura des marques, d’après l’étude menée par le groupe de conseil et d’études marketing Promise Consulting. Celles-ci redoublent donc d’inventivité pour séduire en imaginant des espaces aux allures d’appartement privé qui proposent des expériences inédites, plus intimes et personnalisées.
Faisant suite à la thématique Radical Clash de notre cahier beauté FW17-18, les marques privilégient le partage et les collaborations pour renforcer leur identité. Après avoir mis à l’honneur le monde de l’art et la mode, le secteur de la beauté entame aujourd’hui un dialogue avec le design.

 

La marque Sisley, créée en 1976 par Hubert et Isabelle d’Ornano, vient d’inaugurer un tout premier espace au cœur du 8e arrondissement parisien. Dans cet intérieur d’exception où fleurissent pièces uniques et œuvres d’art, place au mélange des genres, des époques et des styles. Sisley a imaginé un véritable lieu de vie disposant d’un salon privé, de cabines de soin, mais aussi d’une boutique et d’un café proposant des assiettes healthy. Côté décoration, les objets et pièces de mobilier font écho au design des produits. Un papier peint à la main de Jacques-Emile Ruhlmann créé en 1874 côtoie le canapé Jetlag d’India Mahdavi, une œuvre de l’artiste polonais Bronislaw Krzysztof, le lustre Moon signé Dimorestudio ou encore des tables en métal de l’artiste Marika Carniti Bollea.

Depuis de nombreuses années, le label de cosmétiques australien Aesop fait appel aux plus grands noms du design pour l’aménagement de ses boutiques, du collectif Ciguë, au duo italien Dimore Studio, en passant par Rodney Eggleston de l’agence March Studio, à Melbourne.

Aujourd’hui, la marque va plus loin en faisant fusionner son univers avec celui de Paulin Paulin Paulin, l’entreprise familiale qui fait fructifier l’héritage de Pierre Paulin. Pour ce projet d’un nouveau genre, Jean-Philippe Bonnefoi, architecte chez Aesop, a collaboré avec le studio de design afin de métamorphoser les anciens bureaux de la marque situé rue Saint-Honoré.

Cette première adresse parisienne dédiée aux soins du visage propose, jusqu’au 30 avril 2017, six soins riches en vitamines, en anti-oxydants et autres actifs d’origine botanique mais aussi une série d’événements, de conférences, d’ateliers et de rencontres avec les clients d’Aesop et du studio de design.

« Pour Aesop nous avons imaginé un lieu qui vous fait oublier le flux du temps et qui nécessite donc un mobilier intemporel. » explique Benjamin Paulin.

Dans les trois pièces à l’ambiance feutrée, y compris la salle de soin, on retrouve une sélection de pièces de mobilier signées Pierre Paulin. L’intérieur monochrome, imaginé in situ, associe des tons allant du beige au brun à des meubles datant de différentes époques, tels que le bureau Tanis (Ligne Roset), le canapé Osaka (La Cividina), la table Elysée ou encore les fauteuils Little Globe (Artifort).

Pour Sari Myöhänen, du secteur Maison et Biens de consommation chez Peclers, « le décor du nouvel espace Aesop fait écho à la thématique Hôtel particulier du cahier Environnements SS18. Les deux marques ont imaginé une ambiance intime avec des gammes de couleurs sombres mixées à des matériaux nobles. Cet intérieur est en rupture avec certains espaces beauté au look futuriste. Ici, la lumière tamisée, les jeux de couleur, de brillance et de matière créent une ambiance sensuelle faisant directement appel aux cinq sens. »