Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
May 24, 2016Julie Dao Duy

Par Isa Dezon

Depuis octobre 2015, Peclers Paris est partenaire officiel de la Fashion Week de São Paulo. Nous étions donc présents sur son édition N41 pour vous en rapporter les tendances les plus brûlantes.

Il n'y a plus de saisons

Pour la première fois, SPFW a décidé de laisser tomber la traditionnelle approche par saisons, et de simplement appeler l’édition d’avril du plus important événement mode d’Amérique Latine : N41. Au même moment, de nombreuses marques à travers le monde abandonnent également le concept de saisons : ce qui n’est peut-être, à y regarder de plus près, que la conséquence des changements climatiques, de la globalisation et de la démocratisation du voyage. On voit ainsi des marques inclure des looks d’été dans des calendriers automne / hiver. Les stylistes brésiliens, malins et multiformes, se sont emparés très rapidement de cette nouvelle tendance, qui est aussi une stratégie intéressante pour conquérir le cœur des explorateurs urbains d’aujourd’hui

La frénésie des festivals

Ces dernières années, les festivals ont explosé : bien sûr, la musique et les performances en tout genre sont au centre de ces événements, mais ils ont aussi besoin de look spécifiques qui associent la fonction au style. En visant les jeunes actifs à la mode, les créateurs ont mélangé tissus fluides, accents traditionnels, influences lingerie et touches exotiques pour construire une garde-robe sexy, excentrique et estivale : une invitation pour les jeunes femmes à réserver leur prochain voyage à Coachella.

Le confort est roi

Depuis 2015, PeclersParis explore une tendance actuelle à l’auto-indulgence : un mouvement en quête de plaisir, qui s’accompagne de l’acceptation de soi et du besoin de se relâcher. C’est pour cette raison que nous pouvons aujourd’hui identifier un souci croissant du confort, et par conséquent une garde-robe qui reflète ce besoin de silhouettes détendues, à base de tissus souples et de chaussures plates (ou de plates-formes). Tout ceci se révèle particulièrement intéressant à propos des femmes brésiliennes, qui par le passé (et dans les clichés) étaient plutôt portées aux vêtements près du corps.

Goth couture

Le concept d’Austere Glamour, une attitude qu’on a pu observer aux défilés londoniens FW 16/17, est également arrivé au Brésil. Néanmoins, ce qui est intéressant avec la version brésilienne de cette tendance, c’est qu’elle s’incarne d’une manière qui est autant goth ou underground qu’elle est haute-couture. Détails heavy-metal, imprimés graffiti, tissus à côtes, vinyls, et lipsticks quasi-noirs sont équilibrés par des tissus nobles, des coupes et des drapés complexes, pour un résultat final à la fois théâtral et sophistiqué.

TROPI-CUTE

Dans une gamme de couleurs et de styles, le style tropical féminin est de retour! La femme brésilienne montre des épaules totalement dénudées pour jouer avec les clichés et intégrer la sensualité à la confiance et au glamour. Qu’il s’agisse de simple coton blanc, de lurex archi-fin, de cuir, de fluos ou d’imprimés tropicaux, attendez-vous à voir fleurir une féminité spectaculaire. À une heure où émerge une version féminine du féminisme, souligner fièrement sa part féminine apparaît aussi comme une prise de position.

Focus beauté

Tout le monde est d’accord, la tendance numéro 1 à SPFW, c’était le look naturel. De nombreuses marques s’étaient entourées de modèles “au naturel” : les coupes de cheveux comme les maquillages prétendaient à un style du quotidien, même si nous savons bien qu’ils demandent en réalité une longue préparation. Quoi qu’il en soit, cette tendance témoigne d’un désir croissant des consommatrices d’accepter leur beauté naturelle, et de sublimer leurs avantages par un look no-fuss-no-muss, ni surjoué ni trop humble.