Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Nov 29, 2016Julie Dao Duy

Le bijou, dans sa version la plus contemporaine, attire aujourd’hui tous les regards. De plus en plus créatif, moderne et accessible, il défile désormais pendant les fashion weeks. Grâce aux grandes maisons de mode en quête d’une clientèle toujours plus jeune, le bijou devient un véritable accessoire de mode, après la chaussure et la maroquinerie. En version ultra-fantaisiste, baroque, minimale ou expérimentale, le bijou explore tous les styles et gagne en désirabilité.

REINVENTER LE BAROQUE EN VERSION SHOW-OFF

Tendance majeure de cette saison, le bijou baroque apparait fièrement dans les collections, en version XL et ultra-ornementée, entre inspirations médiévales, gothiques et presque rococo. Un besoin d’excentricité et de richesse après une période minimale et essentielle où la discrétion était de mise. Ce sont évidemment les créateurs italiens qui insufflent ce retour de la parure « show-off ».

Perles, fleurs, pierres précieuses, parfois noeuds de velours et surtout formats XL sont les ingrédients majeurs de ce renouveau. C’est Riccardo Tisci chez Givenchy qui a initié le mouvement dans une version ultra-black et gothique avec sa collection FW15-16. L’arrivée d’Alessandro Michele à la Direction Artistique de Gucci en 2015 confirme ce besoin de fantaisie assumée, via notamment les bijoux psychédéliques qui ornementent le visage de ses mannequins. Les joailliers ne sont pas en reste et proposent aussi des collections créatives, comme chez Cartier où les collections Tutti Frutti et Cactus mélangent pierre précieuses et pattes de verre dans un style romantique show-off.

AJOUTER UNE TOUCHE ARTY, COMME UN TOTEM

Très créatif, conceptuel et novateur chez certains créateurs, le bijou peut même devenir la pièce maîtresse d’une silhouette. Il s’éloigne ainsi de sa fonction première, plus accessoire. Nouveaux portés et nouvelles proportions, design géométrique ou organique, ces bijoux presque « statutaires » n’ont aucun ancrage historique. Ils proposent une réelle nouveauté.

 

Cette initiative est portée par les jeunes créateurs, comme par exemple J.W. Anderson chez Loewe qui réinvente le bijou tribal en version design. Chez Marni, le bijou XL explore des matières moins classiques comme la résine ou le cuir, dans une version-ultra graphique parfois presque architecturale. Et dans une version plus féminine et candide, presque humoristique,  imaginée par Delfina Deletrez pour Fendi, le bijou se pare de volants, plumes et pierreries.

 

MISER SUR LA PRECIOSITE ET LA DISCRETION

Pour contrebalancer cette overdose de fantaisie, la bijouterie adopte un langage plus précieux et discret, mais toujours très haut de gamme. La discrétion est ici le comble du chic.

Céline a su renouveler saison après saison ses classiques, jouant sur les couleurs des métaux, oscillant entre étain et cuivré, épaisseurs filaires et pureté du design. Allant jusqu’à réinterpréter la quincaillerie mais toujours dans un style clean et graphique, les bijoux de Demna Gvasalia pour Balenciaga jouent eux aussi entre haute joaillerie et simplicité extrême. La maison Repossi a réussi à reconquérir une clientèle plus jeune grâce aux designs novateurs de Gaia Repossi qui allient modernité et savoir-faire de la maison tout en respectant son identité.