Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
May 25, 2016Julie Dao Duy

C’est Lee Eun-Im, la directrice de la marque de cosmétiques Hera, qui utilisa pour la première fois le terme de « Séoulista ». Désignant l’amatrice de produits de beauté (« beautista » en anglais) venant de Séoul, ce terme commence à faire le buzz sur les réseaux sociaux et dans le monde des cosmétiques. Selon Lee Eun Im, les Coréennes sont dotées d’un « instinct naturel pour aller au delà des tendances de mode ou de beauté » et créer leur « propre style » . Expertes, elles ont une approche de la beauté quasi-professionnelle et sont à la recherche d’un teint ultra-naturel avec zéro défaut. La « Séoulista » est l’incarnation de la beauté asiatique et une icône admirée par les Occidentales. Lucille Gauthier, notre experte beauté chez Peclers, s’est rendue à Séoul pour rencontrer les Sud-Coréennes et décrypter les tendances clés d’un marché leader et très influent.

"Liquid care"

On l’évoquait déjà lors de notre compte-rendu du salon Make Up In Seoul : le « liquid care » a le vent en poupe. En Corée, les soins à la texture aqueuse ont même un petit nom : les « 3 seconds angels », en référence à leur effet tonique et protecteur immédiat. Source de vie et de purification, l’eau est un des composants essentiels des rituels beauté en Asie et tout particulièrement au Japon et en Corée. Le climat humide, la pollution, les températures élevées ont rendu le « liquid care » indispensable, pour son effet « coup de frais ».

Chez Aritaum, les masques se présentent presque comme des « shoots d’eau » à appliquer sur le visage, avant de dormir ou au saut du lit. Rien que leur packaging évoque plus un produit liquide à boire ou à manger.

Laneige, marque de cosmétiques de Singapour, évoque elle aussi les bienfaits de l’eau minérale comme ingrédient clé de sa gamme de soin. Les crèmes ont alors une texture beaucoup plus liquide, pour un effet « tonique » dès leur application sur la peau.

Même le make-up se liquéfie : chez Moonshot, l’ombre à paupière se présente comme un « jelly pot », soit une texture plus « gel » que poudre. Le rouge à lèvres lui aussi change de texture et devient aussi liquide qu’une encre. Etude House notamment propose toute une gamme de « gel tint »  (encre gel) à appliquer sur les lèvres.

Chez Labiotte, on utilise le célèbre vin français pour sa gamme de soins et de maquillage. Intitulés Maison Labiotte, les couleurs évoquent la robe des grands vins et les tubes ont même la forme d’une bouteille. Quant aux ombres à paupières, elles sont agrémentées d’une pointe de château Margaux pour une texture plus liquide et moins poudreuse au toucher.

Baby influence: cute & safe

En Corée, non seulement il existe du make-up pour bébé (des poudres notamment, impensable encore chez nous) mais en plus il est commun que les produits bébés soient plutôt utilisés par les mamans (une tendance que nous évoquions de façon plus générale dans notre article Mini Mania). Le terme même de « baby » est très présent chez les marques coréennes, comme pour rassurer les consommatrices : « baby water », « baby face », « baby skin »…

La marque coréenne Its skin propose notamment une gamme entière de baby care, prisée aussi par les adultes : crème de jour ; « baby face », anti-cernes et même gloss à lèvres ; « baby face tint ».

Même packaging enfantin pour les marques coréennes « Bébé de foret » et « Green Finger « qui misent sur le 100% nature pour vendre leurs crèmes et lotions aux mamans.

Ambiance végétale

Impossible de passer à côté de cette tendance « végétale » en Corée, qui s’immisce partout : salons de coiffures, concept store, librairies… les plantes et les compositions florales occupent l’espace retail, elles offrent une ambiance détendue et plus slow en plein cœur de la mégalopole.

Ainsi, les boutiques de Laland et Lya Nature se parent de plantes vertes et les cosmétiques se fondent alors dans une ambiance « nature » mais très maîtrisée.

Même idée de nature sous contrôle chez Ground Plan, qui propose une alliance de la nature et de la recherche scientifique pour une meilleure compréhension des besoins de notre peau.

Du côté des composants naturels, la salade, les légumes verts, les fruits ou encore les champignons sont les ingrédients « stars » des masques, crèmes de jour et autres. Moins glam’, plus « rough », ils incarnent cette idée de soins naturels bruts, aussi bons (à manger) que sains pour la peau.

Les Coréens sont également très fans de tous les produits en provenance de l’Ile de Jeju. Célèbre pour sa nature florissante, sans voitures ni pollution, chaque produit qui y est cultivé ou produit est très recherché. La marque Innisfree en a fait une spécialité : Camelias, thé vert, pois, sable… tous les ingrédients naturels des produits Innisfree sont issus de l’Ile de Jeju.

Esthétique néo-apothicaire

En fins connaisseurs des plantes et de leur vertus, les marques coréennes empruntent à l’imagerie des apothicaires et de leurs officines une esthétique particulière, entre nature et sciences.

C’est le cas de Real Blend, marque de soins eco-bio de Face Shop, avec leurs tubes- spray aux parois transparentes, laissant entrevoir les fleurs qui y sont infusées.

Même atmosphère « laboratoire » dans les boutiques épurée de Lya Nature avec les grandes étagères où sont disposés les produits mais aussi les tubes à essais, erlenmeyers et ballons à fond rond, matériel que l’on retrouve aussi dans les vitrines de Labiotte.

Coup de coeur

Coup de cœur pour la boutique Style Nanda qui semble à l’opposé de ces concurrentes. Décor plus sombre, présentoirs sobres et packagings en noir et blanc : une ambiance « on stage » qui se veut néanmoins sophistiquée et luxe, dans l’idée d’incarner l’univers du make up artist.  Pour le côté ludique, on retrouve à l’entrée des boutiques une machine à pince pour gagner un soin surprise.