Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Dec 22, 2015Julie Dao Duy

Face à l’explosion des sites de locations entre particuliers, Airbnb en tête, mais aussi des plateformes d’échange d’appartements telles que le très pointu behomm.com, réservé aux happy few (designers, stylistes et artistes), l’hôtellerie se réinvente et réaffirme sa suprématie sur le terrain du style en rivalisant d’élégance, d’inventivité et de séduction. Casual arty, néo art-déco, minimalisme bienfaisant… Découvrez les  grandes tendances qui donnent un coup de frais salutaire au monde de l’hôtellerie.

New chic

Portée par des décorateurs et architectes d’intérieurs tels que les italiens de Dimore studio, ou les françaises Sandra Benhamou et Dorothée Meilichzon, une nouvelle vision du luxe à la fois précieuse, cossue et résolument contemporaine, qui puise dans la période Art déco un savant mélange de modernité dans les formes et de raffinement dans les matières : marbre, laiton, cuir, velours, bois précieux… Le tout élégamment coloré dans des gammes d’intenses assourdis (pétroles, émeraudes, violines…) et animé de motifs vintage géométriques ou floraux.

On retient l’hôtel Castelbrac (Sandra Banhamou), 5 étoiles accroché aux rochers d’une côte bretonne à Dinard, l’hôtel Bachaumont situé au cœur du Sentier, à Paris, mais aussi la Casa Fayette à Guadalajara, demeure des années 1940 rénovée par le studio d’architecture Estudio5 et décorée par le tandem milanais Studio Dimore dans un esprit néo art déco enrichi de céramiques et de textiles chinés dans la région.

homecore

Réponse directe à l’explosion de sites de locations et d’échanges d’appartements entre particuliers, et dans la lignée de lieux à l’ambiance plus informelle tels que le Michelberger à Berlin ou les Ace Hotel (Londres, Los Angeles…) : l’ambiance « comme à la maison », à la fois singulière et spontanée, conviviale et sans prétention, où se côtoient mobilier dépareillé, cadres accrochés ici et là et anciennes affiches, dessins d’artistes, bibelots chinés, objets design plus pointus et livres négligemment empilés. 

Nouveau venu parisien qui se revendique comme « un hôtel de quartier », Le Pigalle a été décoré par l’agence d’architecture d’intérieur Festen dans un esprit casual arty avec, au rez-de-chaussée, un espace qui mixe restaurant locavore, librairie, kiosque et bibliothèque de vinyle. Même mood version british au Laslett hôtel situé en plein cœur de Notting Hill. Un projet de la collectionneuse d’art et de design Tracy Lowy dont l’idée est de faire se sentir les clients comme en visite chez des amis à Londres. À Varsovie enfin, dans le quartier branché de Śródmieście, les architectes de Mamastudio ont imaginé le Autor Rooms : un hôtel de 4 chambres au style éclectique qui mêle mobilier vintage et éléments plus contemporains signés de designers et artistes locaux, muni d’une cuisine partagée où les clients peuvent se retrouver pour cuisiner, bouquiner, échanger…

History-telling

Après la réhabilitation design du patrimoine industriel (le waterhouse à Shanghaï, le wapping project de Londres…), la tendance est à la réfection de lieux plus « nobles » et anciens : palais, châteaux, grandes demeures… Des espaces habités, chargés d’histoire et restaurés dans un style contemporain qui laisse apparaître les traces du temps.

À Rome, le G-rough hôtel de Gabriele Salini et Emanuele Garosci multiplie les références aux grands noms du design italien des années 30 jusqu’aux seventies (Ico Parisi, de Giò Ponti, Guglielmo Ulrich, Seguso…) sur fond de réminiscences baroques datant du 17ème siècle qui laissent transpirer l’histoire des lieux : fresques patinées aux murs, marbre, poutres apparentes et carrelage d’origine… Plus au sud, dans les Pouilles, le Palazzo Margherita du cinéaste Francis Ford Coppola a été décoré par le français Jacques Grange dans le respect de cette bâtisse du XIXème siècle et des savoir-faire locaux, l’esprit bohème en plus. Et à Istanbul, c’est au Palazzo Corpi, ancien Consulat des Etats-Unis, que la chaîne Soho House a inauguré sa nouvelle adresse dans une ambiance qui fait la part belle aux splendeurs d’un passé riche d’influences.

Radical detox

Plus que jamais, la pause s’impose pour tempérer les excès de nos sociétés contemporaines (culte de la performance, impératif d’efficacité, accélération des rythmes de vie…), sources de toujours plus de stress. Formes épurées, matières naturelles, neutres apaisants et blanc dépolluant… C’est l’émergence d’une esthétique du vide, propice à la détente et au bien-être du corps et de l’esprit.

À proximité du plus grand site monastique bouddhiste du Japon, à Koya, la Koyasan guest house imaginée par Alphaville Architects a fait le choix radical du minimalisme en total blanc. Pureté et économie d’effet, c’est aussi le parti pris du studio Design Methods pour la réalisation de l’hôtel Small House Big Door, havre de sérénité qui en impose sans faire de bruit, situé en plein cœur de l’exubérante et hyperactive capitale Coréenne. À New-York, dans le Queens, l’hôtel The Boro imaginé par Grzywinski-Pons ajoute une touche de charme plus scandinave tandis que le Dream Hotel signé Studio Puisto à Tampere (Finlande) mise sur l’aspect réconfortant des bois clairs dans un style néo rustique, élémentaire mais résolument contemporain.