Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Feb 14, 2014Julie Dao Duy

Un salon qui s’est clos sur une note optimiste, avec une hausse significative du nombre de nouveaux exposants, et le lancement réussi de nouveaux espaces (Intérieur Gallery et Studio Cook + design) selon les organisateurs, qui veulent y voir les signes d’une reprise d’un marché en profonde mutation. On notera cependant l’absence de grandes marques françaises (Le Jacquard Français, Asiatides, Deshoulières, Guy Degrenne) traditionnellement présentes, signes d’un marché difficile ou d’un salon devenu trop onéreu.

 

 

Forums / Thème Elsewhere

Une invitation aux voyages lointains ou intérieurs.

Landscape (ailleurs dans la nature) by Elisabeth Leriche, nous entraine vers une contemplation apaisante du paysage. A travers les oeuvres poétiques de créateurs/designers, réalisées partir d’éléments, phénomènes et matières naturelles : eau, vent, marbre, verre, céramique…, on découvre un parti-pris tourné vers l’abstraction et les jeux de textures.

A noter, la sublime installation du designer japonais Yasuaki Onishi : une forêt cristallisée réalisée in situ à partir de branches inversées, de colle chaude et d’urée.

1. Yasuaki Onishi
2. Nao Tamura

Heliotropics (ailleurs sous le soleil) by François Bernard, présente un art de vivre « solaire », à travers des sélections d’objets décoratifs, autour des jaunes, des bleus, et des graphismes du Sud.

Beyond (ailleurs dans les abysses et dans l’espace) by Vincent Grégoire, propose un embarquement vers les lointains les plus ultimes. Un double espace « cabinet de curiosités » peuplé de créations mettant en scène le beau, bizarre et mystérieux.

VIA Design 2014 Forum

La nouvelle promotion des Aides à la Création 2014, avec :

Le projet En Archipel, sur la voie de l’école éducative / carte blanche à EliumStudio. Un projet global pour un nouvel art d’apprendre, prenant en compte les recherches autour de l’appropriation des connaissances et leur lien avec le déplacement du corps dans l’espace, ainsi que le développement du numérique.
L’école ré-inventée donne lieu à différents modules/espaces : la place, le chapiteau, l’ermitage, l’incubateur, le plateau, les passages, en fonction des activités, ainsi que la factory privilégiant l’apprentissage empirique. Il en découle un mobilier modulaire, léger et nomade, collectif ou plus individuel, et une nouvelle tablette tactile hexagonale, propice au travail à plusieurs, ou à des configurations « néo-tableau noir ».

Pour en savoir plus : eliumstudiocarteblanchevia.wordpress.com

Le projet Insulaire par l’agence Numéro 111
Un Programme Ameublement qui envisage le salon comme une île : un espace dans l’espace où le mobilier joue un rôle structurant et crée différentes expériences de confort et d’usage. Canapé, paravent / rangement, tapis/vie au sol, coussins articulés, tables/plateaux, luminaire modulable … proposent des usages variables du traditionnel au décontracté. http://numero111.com/insulaire

Le projet Stacked / Laurent Greslin
Un nouveau fauteuil bridge constitué de trois parties à assembler : une coque dessinant l’assise et le dossier percée de deux fentes où viennent s’encastrer deux plaques de bois servant de piétement et accoudoirs. Un design sobre facilitant le remplacement du revêtement et favorisant le recyclage.
www.laurentgreslin.com

Les points forts couleurs

Peu de nouvelles directions couleurs cette saison, on note plutôt la diffusion et la confirmation de gammes déjà amorcées.

Les BLANCS NATURELS ET ECRUS EMERGENT dans le design et s’expriment avec plus de sensualité, de rondeur. Vu aussi sur l’Authentique : Libecco a radouci ses gammes de couleurs sur le textile versus la saison précédente, Nordal mettait en avant tout une gamme de blanc et crème en art de la table et culinaire.

LES ROUGES ET MARINES (accompagnés du blanc), une harmonie classique qui se retrouve dans plusieurs collections, du mobilier de jardin (Serax) aux bougies (Tom Dixon), de l’art de la table (Hollandsche Waaren) au linge d’office (Hartô).

TOUJOURS PRESENTS :
Les ACIDULES, CORAIL, MENTHE, TURQUOISE, LAVANDE, perdurent et se développent. Très présents dans le linge de lit en unis (ligne Fresh Laundry en percale lavée / Himla), chambray (Marcelise) ou imprimés (Kenzo). A voir aussi en luminaire (Colonel) ou surlignant des vanneries (Kok Maison).

1. Himla
2. Kenzo

ENCORE DE NOMBREUX BRUNS, vus essentiellement sur NOW (Kristalia, Ligne Roset, De la Espada)

Les ORANGES ET TERRACOTA, vus sur de nombreux produits.

Les points forts styles

LE CONTEMPORAIN DEVIENT PLUS « RUDE », s’inspirant d’une nature plus « sauvage ». Le végétal moins présent, est remplacé par des parti-pris plus abstraits : effets de matières et de textures, décors tachistes ou marbrés, liège et bois foncés, lainages feutrés (Diesel linge de lit / Sonia Rykiel / Norman Copenhagen/ Menu / Blackcork…)

L’AUTHENTIQUE SE COLORE et devient plus frais avec des gammes qui évoluent vers les acidulés, des unis jusqu’aux décors, du textile à l’art de la table, du mobilier à l’outdoor (Blanc d’Ivoire / Pomax / Lifestyle / Kok Maison…)

LE CLASSIQUE FAIT LA PART BELLE A L’EXOTISME, puisant son inspiration du coté de la Chine, l’Inde, le Népal, ou le Japon. Des produits raffinés, qui jouent sur formes emblématiques et décors précieux, dans un esprit matériaux et savoir-faire de luxe (Meissen Couture / Armani / Bernardaud / Franz / CTRLZAK…)

Finitions

LE MAT

Les textures mates continuent. Remarquées cette saison en orange et en noir sur les robots (Kitchen Aid), en noir, orange et vert forêt sur des tabourets en rotin (Pol’s Potten), en noir, blanc, gris, rose ou turquoise grisés sur des suspensions en métal laqué (&tradition).

LE MAT EN VERSION VELOUTE, des tabourets et des corbeilles réalisés à partir de tongs, portées par les courants marins de l’Asie jusqu’aux plages du Sénégal. Un concept de recyclage (Diederik+Schneemann pour Pol’s Potten) qui unifie très astucieusement la diversité des ingrédients, via le patch et une finition émerisée.

LES SCINTILLANTS : des effets métallisés discrets qui « enrichissent » sans ostentation les produits, du contempo au charme. Rayures transat augmentées d’une fine rayure lamée argent (Artiga), maille gris chiné et lurex au verso d’un coussin satin (House Doctor), contrefond gris scintillant imprimé pour du linge de lit (Essix).

Matières

LE BOIS : chêne naturel ou teinté, ainsi que noyer sont toujours très présents.

Sur l’espace café Intramuros : Exemplaire, une exposition dédiée au bois, illustre la diversité de ses expressions à travers une sélection de mobilier et d’accessoires, associant créativité des designers et innovation des processus de fabrication.

Deux pistes dans cet esprit :

Le bois « tubulaire » avec le sofa Yas de Samuel Accocebery pour le nouvel éditeur basque Bosc (forêt en gascon). Le projet Insulaire (programme ameublement du VIA) de l’agence stéphanoise Numèro 111, sur la même esthétique, est lui réalisé en rotin « gros diamètre » : canapé, paravent-cimaise, table basse.

Le bois « slim » : avec des tables basses aux plateaux en tranches de tronc extra-fines (Cinna, et Interni Edition)

LE VERRE : de plus en plus présent dans l’offre luminaire, cette matière adoptait cette saison des reliefs plissés-ondulés, évocateur d’une fluidité inspirée du textile.

Suspensions monumentales : Plissé de Maurizio Galante, Bamboo de Jitka Kamenkova Skuhrav, réalisées en verre soufflé et taillé à la main pour Lasvit. Vases ou lampes, les lanternes magiques de Marie-Christine Dorner pour Saint Louis. La ligne Stripes de Atipico en verre bordé d’un fin liseré or : coupe, vase, photophore en modules à assembler-superposer.

L’ALBATRE : à la suite du marbre toujours très présent, de l’accessoire au mobilier, l’albâtre fait son apparition. Version architecture sur le stand de l’atelier Alain Elbouz spécialiste de la matière, ou nouvelle expression en couleur : orange ou vert frais marbré de blanc grâce à la superposition sur du verre opaline coloré pour des petites tables d’appoint (Haymann).

LE METAL : cuivre et laiton continuent d’être omniprésents sur l’offre du salon, du luxe et du haut de gamme jusqu’à des cibles plus mass-market.

Incontournables dans la collection de Tom Dixon, plus nouveau pour la lampe Matrice articulée en cristal et Led de Kiki van Eijck (Saint Louis), à retrouver aussi chez Coming B en bougeoirs, porte-bijoux et cintres, et toujours largement sur les stands des marques danoises (House Doctor, Ferm Living…).

TUBULAIRE COLORE : les piètements métalliques oublient les finitions argent chromé ou satiné pour adopter couleurs vives ou acidulées, et surligner le design.

Du mobilier jusqu’au contenants de jardin : rouge pour le fauteuil Polygon (Prostoria) ou la jardinière Az&Mut (Serax), orange ou jaune pour la ligne Traffic (Konstantin Grcic pour Magis), émeraude ou outremer pour le bureau Hyppolite ou le tabouret Lucien (Hartô).

Une tendance couleur à voir également dans la nouvelle collection de mobilier destinée au marché de l’habitat (dessinées par Fred Rieffel et V8 Designers) et lancée par Rodet, un spécialiste travaillant jusqu’à présent pour les collectivités.

Le CARRELAGE CERAMIQUE : un parti-pris très graphique et contrasté, inspiré des carreaux de ciment ou des pochoirs japonais, se retrouvait chez plusieurs exposants.

Décor légèrement usé sur grés cérame, relièfé brillant sur contrefonds presque chiné (Serenissima), fabrication artisanale à base de poudre de marbre (Mipa), nouvelle collection de carreaux ciment bicolores dans l’esprit indien de la collection textile (Akin & Suri).

Plus design, des graphismes stylisés, pied de poule, chevron Burberry … travaillés sur des fonds évoquant couleur et texture du carton ou du kraft (Ornamenta).

L’IMPRESSION 3D, fort présente dans les salons comme 100% Design ou Milan, était peu visible à Maison & Objets. La marque italienne Exnovo présentait des lampes à l’esthétique résille serrée ou aérée : Affilia d’Alessandro Zambelli en polyamide et bois et Rhyzaria de Lanzavecchia + Wai en polyamide et verre de Murano.

Décors

GEOMETRIE OPTIQUE : travaillée en noir & blanc graphiques, de l’art de la table au textile ou mobilier, sur des produits haut de gamme. Motifs de grecque ou de chaines Catene et Labyrinto (Richard Ginori), un retour aux années Gio Ponti pour la marque récemment reprise par le groupe Gucci. Inspiration similaire pour le textile (Meissen Couture), ou pour la table Herring Bone en marbre bicolore (Bethan Gray), ronds et rayures en décoordonné pour l’art de la table (Sieger by Fürstenberg).

Patch triangles : petit zoom sur un motif all-over décliné en poufs kilim (Bertjan Pot pour Golran) ou tapis (Ligne Roset), ou encore en tissu d’ameublement (Missoni).

Tressage design : la vannerie s’émancipe de la fibre et inspire les matériaux « durs ». Radiateurs en métal laqué (Tubes), pied de poule reliefé en mosaïque de verre opaque (Mosaico+), ou cache-pot céramique comme en bambou (Missoni).

 

BESTIAIRES : une thématique très transversale, déclinée sur une grande variété de produits, de l’univers de l’enfant jusqu’au luxe. Animaux familiers sur les nouveaux tissus d’ameublement de Nathalie Lété (Maison Thévenon), bestiaire exotique en gris sur lin blanc (Andrew Martin), cacatoès soyeux brodés sur coussins (Iosis), tête de girafe ou de tigre XXL sur contrefond géométrique pour des tapis en coton (Varanassi), …. Et même Your Dog (Artel) une collection sur-mesure permettant d’obtenir le portrait de son chien, gravé sur gobelet ou carafe en cristal de Bohême coloré.

À noter, les décors dessinés réapparaissent largement, après le ras de marée du photoprint animalier..

MINERAL EXTRAORDINAIRE

Nouvel engouement pour des pierres semi-précieuses, agates et onyx. A voir en imprimé « mosaïque » sur textile (Missoni) ou en trompe l’oeil spectaculaire sur carrelage (Mirage) grâce à la finition brillante et à l’impression numérique.

À noter les extraordinaires qualités de pierre véritable, veinées ou agglomérées, présentes sur les consoles et petit mobilier (Ivano Redaelli).

Classiques surteints : pour adoucir les contrastes et conférer un charme plus contemporain aux classiques. Du textile à l’art de la table, une finition dans l’air du temps : Oriente Italiano service en porcelaine de 1880 (Richard Ginori) ou Royal Daisy en velours (Nestfield collection by Liberty).

Focus Produits

Toujours à la recherches de solutions fonctionnelles et innovantes.

NOUVELLES POSTURES MODULABLES
Décontraction et convivialité sont dans l’air du temps et se reflètent dans l’évolution du mobilier, notamment cette saison dans l’univers du salon, chez 2 éditeurs-fabricants : Prostoria (nouvel exposant croate) et Ligne Roset.

Démonstration très convaincante avec 2 canapés (aussi en version fauteuil) convertibles très simples à manipuler, juste le dossier à basculer : Up-lift et Revolve (Prostoria), des volumes monobloc articulés en couleur intenses ou vives.

Symétria (nouveau produit de la ligne Segment de Prostoria) revisitée en look contempo, la traditionnelle « conversation » pour converser en « vis à vis » et « côte à côte ».

Liberté et bien-être pour horizon, le sofa se déconstruit et se recompose à volonté avec Prado (design Christian Werner pour Ligne Roset) : une banquette et ses 2 dossier-coussins à repositionner de façon informelle. Leur stabilité est obtenue grâce à un insert métallique et à un revêtement andi-dérapant à la base de ces éléments.

Trouf (design Gam Fratesi pour Ligne Roset) combine les fonctions de pouf et table basse. Recouvert de tissu (coordonnable à tous les canapés) et plateau en bois encastré mais mobile, permettent aussi bien d’y poser les pieds, son ordinateur, ou une boisson : un nouveau produit au look accueillant !

LE RANGEMENT : SUR LES MURS !
L’organisation durangement donne lieu à la création de nouveaux modules, à fixer sur les murs, de petites unités à combiner ou des tableaux pré-organisés.

Pocket (Norman Copenhagen), des poches rigides en polypropylène, en plusieurs coloris et formats, pour ranger et débarrasser bureau et plan de travail des petits accessoires hétéroclites.

Magix boxes (Blackcork, nouvelle marque de Sofalca), des boites en liège foncé au volume galbé et complétées d’un couvercle, à la fois rangement et sellette d’exposition.

Suburbia (Seletti) un module « organiser » mural en bois naturel ou laqué blanc, un écho au produit emblématique créé en 69 par Dorothéa Becker ?

Alfred (Hartô) même principe mais avec des accessoires modulables, miroir, patères, à fixer sur une grille en métal laqué.

Felt panels (Menu) des modules fonctionnels en feutre gris, faisant office de porte-magazines, miroir, tableau d’affichage, pendule ou porte clefs.

Chassis (Deknudt Mirrors), sur une fine structure très graphique en métal laqué noir, un miroir dissimule une double étagère. Une version XL, à poser au sol, existe aussi et peut s’utiliser contre le mur ou comme cloison mobile.

Le paravent : fait sa réapparition…

Plus souvent évocateur d’un univers charme ou exotique, il se décline actuellement dans l’univers du design, en versions à la fois fonctionnelles et très esthétiques.

Elysée (Ivano Redaelli) un paravent-portant, à compléter de lampe, miroir, … un produit sophistiqué en acier tubulaire laqué noir matavec des articulations en inox finition or mat (Ivano Redaelli).

En verre cuivré et fumé (Antique Mirror) un nouveau produit de la marque spécialisée dans les effets vieillis, et déjà remarquée à Milan pour sa Crate Collection, des caisses en bois et miroir oxydés.

 

A chacun sa composition

Nordic Spruce box (design Atelier Ternier pour le collectif belge Labt). 3 formats de modules en épicéa nordique label PEFC, et des façades en bois aspect naturel nœuds compris ou bois lasuré coloré (orange, vert olive, bleu outremer, bleu ciel, blanc), à assembler comme des tableau-patchworks, pour composer de grandes armoires, à la maison comme au bureau. Un parti-pris « low-esthétique » et une finition très séduisante.

Fabulem, une collection (fabriquée en France) de modules en bois polymère recyclable et PMMA blanc ou couleur, à combiner du tabouret au mini rangement ou à la grande bibliothèque, pour aménager son espace selon ses besoins.

Nos Coups de Coeur

Kitchen Concept, design Kilian Schindler pour Naber. Des modules démontables en acier laqué blanc, un look atelier clean d’inspiration « collectivités », à compléter au fur et à mesure, à associer avec l’électroménager existant ou à déménager, jusque sur la terrasse.

Satrapi Sisters, un set d’assiette en porcelaine dessiné par l’illustratrice Marjane Satrapi pour Bernardaud. En noir & blanc, les portraits des sœurs imaginaires d’une créatrice fille unique.

In-Taglio (design Lara Caffi pour KNIndustrie), des planches-centre de table en bois et carreaux céramique imprimés ou relièfés, de Patricia Urquiola pour Mutina. De la cuisine à la table avec élégance.

La collection de linge de lit de Society, toujours très raffinée et contemporaine, était exposée cette saison, hors du salon dans le quartier Saint-Germain à proximité des éditeurs de Paris Déco Off. Un mix & match d’unis et d’imprimés, coordonnés en camaïeu par les gammes de couleur, acidulées ou neutres.