Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Sep 23, 2015Julie Dao Duy

Ca bouge sur le salon Maison et Objet !
Espaces, forums et répartition des secteurs produits ont été revus dans le but de mieux organiser l’offre et le parcours des visiteurs qui s’articulait autour de 4 univers : Eclectic, Cosy, Elegant, et Actuel, répartis sur les Hall 3,4 et 5B.

Une cohabitation parfois déroutante de Now et Scènes d’intérieur au sein du Hall 7, une sensation de vide dans le Hall 8 dédié à Projets, Cook & design voisinant avec Fragrances, tandis que le Hall 6 continuait d’accueillir le monde de l’enfant, les jeunes marques et nouveaux créateurs (Fresh, Beloved, Fashion).
Dans cette réorganisation, qui reste à améliorer, l’univers du linge de maison s’est « éclipsé »: entre les marques ayant renoncé à exposer et celles réparties dans les nouveaux univers, ce secteur a totalement perdu en visibilité.

NOS POINTS FORTS

GRANDS COURANTS / TENDANCES REMARQUÉES

1. Un esprit « primitif décoratif» qui s’exprime de l’objet aux graphismes et aux textures :

– matières naturelles presque brutes mais travaillées dans un esprit contemporain : coussins en raphia crocheté (Silhouette), sets en paille brodée (Cinq étoiles), revêtements en paille tissée (Dach & Zéphyr), tapis bicolores en laine rustique (Brita Sweden), abat-jour en jonc (Valentina Hoyos).

– façon peintures rupestres ou décors stylisés, des graphismes bicolores et souvent neutres : chevaux peints (Ana Deman & Annette van Rhyssen), flèches (Roomblush), motif poisson fossile (Jurianne Matter).

– formes sculpturales et noir originel : contenant d’extérieur en bois teinté (Handcrafted Wood design), stucco teinté sur bois (Mos Design), tapis frangé en      corde de maille (Dach & Zephyr), et bien sûr Soha, notre coup de cœur, avec ses planches à découper et tabourets en bois gougé imprégnés d’huile brûlante.

bestiaire tribal ornemental, des têtes animales en raphia tressé naturel et coloré en provenance du Panama (Ethic &Tropic Panama).

2. Un esprit « précieux » s’infuse de plus en plus dans l’univers de la déco.
Belles matières, recherches sophistiquées et savoir-faire d’exception, d’inspiration luxe.

– richesse décorative et ciselée, coussins brodés de fils soyeux (Anke Drecksel), coussins en jacquard qui revisitent l’exotisme luxuriant du Bosphore (Les Ottomans), cristal gravé de motifs végétaux (Artel).

velours toujours, canapés en coloris grisés raffinés (Gubbi), géométries ciselées d’inspiration Art Déco sur buffet bas (Bonotto Editions), coussins en panne avec surpiqûres (Louise Roe).

compositions expérimentales, avec des découpes et des assemblages arty de matériaux, cuivre + marbre + bois teinté (& Tradition), patch de verres pour des cloisons esprit paravents (Gubi).
Sans oublier la « déferlante » d’accessoires et de petit mobilier en cuivre et en laiton, véritables ou en finitions, qui envahit tous les niveaux de gammes et tous les secteurs produits, apportant leur touche de brillance et de reflets incontournables.

3. Une tendance narrative, débordant le secteur de la déco enfant, et qui s’articule autour de motifs figuratifs, animaux ou personnages, naïfs ou singuliers.
Bestiaire en gravures bicolores sur tabliers (Lush design), assiettes en céramique peinte (May & Clay), plateaux en bouleau de l’illustratrice suédoise Cornélia Waldersten Afors (Ary Tray), tasses et vaisselle en porcelaine (House of Rym) ou encore coussin chouette en feutrine appliquée (Pomax). Des accessoires qui apportent un peu de tendresse et d’imaginaire, prétexte à des mises en scène et au story-telling.

COULEURS

1. Montée en puissance des verts, moins naturels et végétaux, plus élégants et design.

les kakis, une inspiration « army » revisitée sur métal avec Palissade la nouvelle ligne de mobilier outdoor des Bouroullec (Hay), en flanelle pour le canapé (Design House Stockholm), en bois laqué avec le guéridon (Atipico), ou encore en cuir set de table (Linddna) ou bagagerie (Topos workshop).

les émeraudes, des nuances spectaculaires à retrouver aussi bien sur velours et linge de lit, que plus nouveau, sur des textiles rustiques dans un esprit tapis surteint.
(Béatrice Laval, Liv Interior, Household Hardware).

les menthes, des pastels frais qui viennent moderniser les naturels (Iris Handwerk, People of the Sun) ou cohabiter et adoucir le métal (Eva Solo).

2. Emergence de nouveaux foncés autour des bleus.

les marines, encres, de nouveaux coloris d’uniformes synonymes de modernité, qu’on retrouvait en maille sur canapé (Ferm Living), en velours sur fauteuil (Honoré), en verre fumé sur tables basses (Gubi) ou en plaid cachemire (Louise Roe).

3. Du côté des tons chauds, c’est plutôt un camaïeu de nuances : brique, roux, caramels, orangés cuits ou lavés corail, qui s’affichent du mobilier au textile.
Velours mat (Maison Bensimon), lainage feutré (Fest Amsterdam), cuir et stratifié (Muller van Severen pour Tran Gallery), lainage changeant (Hay), maille (Arcade), ou imprimé (Tom Dixon).

4. Intensité monochrome : des coloris primaires et des intenses travaillés en color block, donnent l’illusion d’un produit plongé dans la couleur. Un parti-pris choc décliné de façon spectaculaire sur le mobilier (Buzzispace), avec des tables, tabourets et bancs d’inspiration outdoor, et qui promettent des bureaux moins formels, influence des espaces de co-working.

Une façon aussi de renouveler les authentiques : en versions vives pour les néo-chaises d’école (La Belédition), la boite postale vintage qui réapparait (La Boite Jaune), et les imperméables et capes de Françoise Pendville (Cumulus).

Versions assourdies pour les lampes en MDF teinté dans la masse (Eno Studio) ou contrastées d’écru pour les plaids patch (Eenkedin).

A noter cependant :
La forte persistance des jaunes, une tendance toujours très présente et vue aussi bien sur la scéno des stands (peintures et revêtements) que sur les produits. Plus particulièrement des jaunes intenses et saturés : moutarde, solaire ou ambre, des coloris qui viennent illuminer les neutres et enrichir les gammes d’hiver.

MATIÈRES & EFFETS MATIÈRES

Comme un revival, la réapparition d’une technique un peu tombée dans l’oubli : l’émail sur métal. Sublimes textures mouchetées ou volcaniques pour de la vaisselle en cuivre par une nouvelle marque coréenne (Haäm). Coloris acidulés sur laiton pour des bols et des coupes (Louise Roe), reflets aquatiques dégradés sur de l’aluminium,  et comme pixellisés pour des vases et des saladiers (Stelton).

Les jeux de matières, textures abstraites ou rythmes géométriques sont toujours très présents. Effets tachetés : sur de grandes jarres décoratives en coton (Danish Crafts), dont toute la sélection illustrait ce thème), sur de la vaisselle en porcelaine (Non sans raison), ou des couverts émaillés (Herdmar).

Des textures plus aléatoires et comme en mouvement, avec les céramiques d’Anne Tophøj (Danish Crafts) et les plateaux miroirs oxydés des « bouts de canapé » (Snowdrops Copenhagen).

Vibrations géométriques pour un papier-peint marqueterie de paille (Objet de curiosités) et rainures sur MDF pour des petites tables (Serax).

Sur le textile déco, beaucoup de matières d’esprit artisanal, pour des coussins et coussins de sol, poufs, parfois sur-imprimés de motifs partiellement effacés. Tissage en laine mèche (Simla), toile brute délavée et point couverture (Riverdale), chevrons brouillés (DM Dépôt), ou fibres de sisal en couleurs moulinées (Valentina Hoyos).

PRODUITS

La papeterie créative avec la jeune marque barcelonaise Octaevo : carnets de voyages, marques pages découpés, housses de vases, … Une inspiration méditerranéenne revisitée avec modernité, privilégiant les fabrications artisanales et les collaborations avec des designers graphiques créatifs.

De l’art à la déco. Exposant pour la 1ère fois au salon, X+Q une marque chinoise fondée en 2010 à Pékin par les artistes Xiang Jing et Qu Guangci, présentait des figurines en porcelaine, ou en fibre de verre, issues du monde imaginaire des 2 artistes entre style manga et néo-imagerie révolutionnaire.

Des stores « new look », en polyester perforé comme des origamis, de la marque taïwanaise Bonito Déco. Des coloris subtils, des pastels grisés aux intenses lavés, qui viennent sophistiquer et réchauffer l’univers du bureau et des collectivités.

Le cuir se décline en tabliers, inspirés des uniformes de bouchers. Naturel brut en coloris foncés ou caramel, peaux souples utilisées entières sans découpe et petits clous métalliques (Topos workshop) ou plus classiques : large gamme de couleurs, aspect buffle ou finition reptile, et poche zippée (Dutch de luxe).

Le retour des Manufactures. Entre la Faïencerie Georges, qui migre du Craft à Scène d’Intérieur, et la relance de la Manufacture de Digoin par Corinne Jourdain, la céramique traditionnelle se réinvente. Technique ancestrale et décors contemporains sur faïence (motifs architecture, pylônes, scénettes, …) pour la première, poteries culinaires en grès pour la seconde, revisitées en jaune citron, noir ou bleu grisé que la boutique La Trésorerie a immédiatement intégré à son offre.

Nouvelle ergonomie et facilitation de la créativité avec Sprout by HP, un ordinateur tout-en-un surmonté d’un projecteur à double usage : projection d’une surface tactile interactive à l’ergonomie très intuitive, et fonction scanner permettant de numériser en un instant les objets en 2D comme en 3D.

ESPACES

Precious, l’espace tendance se recentre autour d’une seule proposition, mise en scène par Elisabeth Leriche, contrairement aux sessions précédentes avec 3 expressions, 3 points de vue complémentaires.
Une sélection d’œuvres d’artistes contemporains et de recherches de designers innovants, où alternent les matières, cristal, textiles tressés, miroir gravé, dinanderie métal, céramique, et végétaux, souvent enrobés d’or, ou d’effets nacrés.

L’espace onirique, parfumé et sensoriel du Studio Team Lab : Floating Flower Garden, une installation de fleurs véritables et en mouvement.

Le café éphémère Elle Décor, conçu par Dorothée Meilichzon, « créateur de l’année M&O Paris », un espace à l’architecture théâtrale et graphique d’inspiration Memphis, qui marquait une rupture-évolution avec les codes habituels de la créatrice, à l’univers de classiques réactualisés et mixés.