Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
May 09, 2017Julie Dao Duy

Par Julie Dao Duy

Lors du défilé des « Princes » de Dolce & Gabbana, les Influenceurs les plus connus ont foulé les podiums avec Luka Sabbat, Lucky Blue Smith ou Presley Gerber en tête. Netflix a même consacré un documentaire sur le jeune Cameron Dallas (Chasing Cameron), instagrameur aux 19 millions d’abonnés. Ces jeunes hommes sont désormais les nouvelles coqueluches des marques qui tentent de capter l’attention de leurs milliers d’abonnés. Focus sur les profils à suivre de près.

 

Selon Michael Jais, PDG de Launchmetrics, « les influenceurs sont de plus en plus importants dans la mode, le luxe et la beauté. Les marques nous disent qu’elles vont investir 70 % de plus l’an prochain – et probablement le double – dans les influenceurs sur les médias sociaux. ».

La dernière étude publiée par Launchmetrics révèle que 82% des marques interrogées (un échantillon de 600 professionnels dans l’univers de la mode, de la beauté et du luxe) rémunèrent les influenceurs avec qui elles travaillent. Un vrai budget de communication leur est ainsi dédié.
Cette étude met également en lumière un retour sur investissement minime : seuls 0.016% des fans ou followers des marques sur les réseaux sociaux apparaissent dans les fichiers clients. L’investissement se fait donc sur le long terme.

Chez les influenceurs masculins, il ne s’agit pas uniquement de mode ou de beauté comme leurs consœurs. Ces derniers imposent en effet un véritable lifestyle, et captent l’intérêt des marques de montres, de voitures ou de nouvelles technologies.

Les esthètes

Amateurs de costumes bien taillés, de belles voitures, de vins délicats, les profils  d’« esthètes », au look très classique voire tradi pour certains, se multiplient sur les réseaux sociaux.

En France, les quatre influenceurs les plus populaires se sont associés en juin 2016 pour créer « Les Ringards ». En mutualisant leurs profils et leurs fans, Romain Costa, Nicolas Simoes, Raphaël Simacourbe et Nicolas Plamondon proposent aux marques une image de « bande de potes » au look très frenchie. Ils posent dans les rues de Paris ou dans des hôtels prestigieux, en costume ou en tenue plus décontractée. L’union fait la force mais chacun défend sa propre identité. Elégants et raffinés, ils maîtrisent leur image et le placement de produit, citant les marques à coups de hashtags.

L’enfant de Stuttgart, passionné de mode, arrive à New York pour y découvrir la mode, la photo, le streetstyle. Marcel Floruss a depuis créé son blog, One Dapper Street, où il poste ses looks, ses coups de cœurs, ses voyages et inspirations. Les photos sont léchées, les costumes parfaitement taillés et les mots bien choisis. Le jeune bloggeur allemand a notamment collaboré avec GQ, le Huffington Post et a déjà tapé dans l’œil des magasins Barneys.

L’acteur et bloggeur Nik Wang (suivi par 30k abonnés), originaire de Beijing, a quant à lui su imposer une élégance sophistiquée dans l’Empire du milieu. Ses looks à la Ralph Lauren sont shootés dans les rues animées de Shanghai, sa ville d’adoption, mais aussi en France, en Espagne, en Suède…Sa fascination pour l’Europe se ressent aussi bien sur son fil Instagram, ponctué de close-ups gourmands, que dans ses tenues. Un esthète au look mi-parisien, mi-dandy, avec un twist venu d’Asie.

Les créatifs

Ils sont artistes, directeurs artistiques, photographes ou stylistes…Leur style et leur univers inspirent les marques.

Cheveux longs, bleu de travail et manches retroussées : le look du bloggeur britannique Karlmond Tang est à la fois casual et arty. Passionné de mode et de photographie, Mr Boy (nom de son premier blog) s’est fait connaître grâce à sa sélection pointue. Si ses posts ne sont pas aussi réguliers que ceux des autres influenceurs, Karlmond Tang privilégie la qualité à la quantité.

Il s’essaye depuis peu au stylisme photo et propose édito mode ou interviews de créatifs sur son nouveau site, plus sobre et plus mature, intitulé Karlmond. Gap, Urban Outfitters et Harrods ont déjà travaillé avec lui.

Loin du look assez épuré de Karlmond Tang, Patrick Mason (illustrateur, modèle et styliste pour sa propre marque Maison Mason) s’est fait connaître pour son esthétique avant-gardiste, à la fois street, luxe et arty. Couleurs flashy, accessoires XXL, influences hip-hop et crâne rasé…Ce Berlinois inspiré porte du Gosha Rubchinskiy, Balenciaga, Acne Studio, KTZ ou Maison Margiela.

Les marques les plus en vogue l’ont définitivement repéré et tentent de placer leurs produits. Le site Highsnobiety le fait régulièrement poser pour ses shootings mode. Et sa marque, Maison Mason, a déjà fait le buzz à la Berlin Alternative Fashion Week.

Fondateur du magazine bi-annuel Cakeboy sur les arts et la culture queer, Sean Santiago collabore avec des marques telles que Chanel, H&M ou Jonathan Adler. Son travail de photographe est particulièrement mis en valeur sur son site Sean Santiago et ses 78k abonnés sur Instagram suivent de près ses looks, voyages, découvertes culinaires ou expos.

Les fans de culture street & sport

C’est avec une dégaine plus décontractée, voire même sportive, que certains influenceurs ont su se démarquer du lot. En mixant les influences de la rue et du sport, ces instagrameurs et bloggeurs tapent dans l’œil des grandes maisons comme des marques plus casual.

Quand Travis Gumbs et Joshua Kissi lancent Street Etiquette en 2008, ils s’imposent non seulement comme une alternative au célèbre blog The Sartorialist mais aussi comme les figures de proue d’un nouveau « dandysme black» .

Stylistes, modèles, rédacteurs et directeurs artistiques, les deux hommes ont depuis développé Street Etiquette en véritable agence de création et de branding, travaillant avec des marques prestigieuses comme Adidas. Leurs influences sont toujours issues de la culture street ou du sport, re-travaillées avec élégance et raffinement. Leur profil Instagram est assidument suivi par 220k abonnés.

Direction le Japon avec Kubo,influenceur/surfeur/styliste/bloggeur et dénicheur de talents. Créateur du shop GR8 (temple de la street culture àTokyo), consultant en style pour l’agence Wild Style (Los Angeles) et instagrameur aux 16.8k abonnés, Kubo fait de la culture street un véritable art de vivre.

Art vestimentaire d’abord, comme en témoigne ses looks édulcorés et son esthétique éclectique immortalisés lors de la fashion Week de Milan. Mais il s’agit aussi d’un lifestyle à part entière, ponctué de sorties entre potes, sessions de surf, visites d’ateliers d’artistes, d’expositions et de découverte shoppings à Tokyo ou LA.

Il n’y a pas d’âge pour aimer la mode, le sport et le streetstyle. C’est ce que nous prouve le jeune Leo Mandella, 14 ans, à la personnalité et au look déjà bien affirmé. Véritable star sur Instagram, Gullyguyleo a gagné 71k followers en à peine un an. Originaire du Warwickshire, le jeune britannique poste quasi-quotidiennement ses tenues fortement influencées par les marques de sport des 90’s et la culture skate.