Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Feb 22, 2018Julie Dao Duy

C’est une mode passée au filtre de l’actualité que l’on a vu défiler pendant cette Fashion Week new yorkaise. Les créateurs ont affiché une féminité tout-terrain, où prime l’idée de protection face au monde extérieur. Leurs aspirations, sociales mais aussi environnementales, ont élevé cette semaine de défilés. De leurs collections, quatre idées clés s’imposent, radicales et engagées.

Retrouvez l’analyse complète dans notre rubrique Défilés.

SURPROTECTION

Une  surprotection à toute épreuve pour survivre dans une Amérique post-apocalyptique. Raf Simons, chez CALVIN KLEIN, fait défiler ses uniformes de pompier aux couleurs signalétiques, ses silhouettes frêles cachées sous une accumulation de couches, du manteau de fourrure à la maxi-parka, en passant par la couverture de survie. Une tendance « layering », pour un look que l’on retrouve chez  Creatures of Comfort ou encore Tory Burch.

VIE SIMPLE

La seconde idée se veut « straight to the point ». C’est une ode à l’uniforme, pour un look aussi désencombré que pointu. Victoria Beckham, notamment, sublime cette idée d’utilitaire clean, sous forte influence Phoebe Philo. Tout en confort, le total look s’arbore en 100% denim, en version tailoring ou en version tout cuir.

PEU PRATIQUE

Cassant les codes, bousculant les normes, un vestiaire « peu pratique » fait son apparition sur les catwalks de NYC. Porté par Marc Jacobs dont la performance, cette saison, détonne par l’exagération des silhouettes, un parcours comme semé d’embuches a marqué cette semaine new-yorkaise. Les robes, trop longues, traînent par terre chez CALVIN KLEIN, tandis que les nœuds, plis et matières se portent en accumulation chez Marc Jacobs.

COMEBACK NATURE

Enfin, c’est une  nature moderne que les créateurs s’approprient, à travers une sélection d’imprimés animaliers et forestiers (R13). Leurs collections font écho aux politiques environnementales et aux manifestations qui ont ponctué cette semaine de défilés. Le choix des fourrures synthétiques (Sies Marjan) et de l’imprimé imitation peau (BEVZA) apparaissent alors comme un manifeste pour une mode responsable et engagée.