Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Jun 22, 2016Julie Dao Duy

Avec plus de 30 000 visiteurs et une fréquentation d’acheteurs internationaux toujours en hausse ( ils étaient plus de 20 500, soit  + 2,5% plus nombreux que l’année dernière) le salon Pitti Uomo célèbre en beauté sa 90ème édition. Placé sous le signe du sport, avec un décor en hommage aux compétions en cours, le salon s’est toutefois démarqué des saisons précédentes par une certaine sobriété. Assez peu d’éclats couleurs, des matières globalement plus cleans et moins authentiques et des produits qui évoluent dans les détails et les finitions : découvrez le décryptage complet du salon par nos stylistes.

Couleurs: une saison tout en sobriété

Une tendance Casual Chic se dégage, elle met en valeur des couleurs sobres avec quelques touches plus solaires. Travaillés et clean, les neutres prennent donc le dessus et font oublier les jeux de drapeaux des saisons précédentes.

Le beige et le gris, très présents l’année dernière s’estompent au profit du khaki, du blanc et faux-blanc.

Les bleus work sont les couleurs phares de la saison. Les bleus denim, marine et indigo renforcent leurs présences indéniables sur le salon.

Peu de couleurs, en appoint quelques touches solaires (jaune et ocre), ainsi que des verts frais et amande et des grisés pastels.

Matières : en version clean

D’une manière générale les matières sont beaucoup plus clean et moins authentiques :

–       beaucoup de tissus lourds s’assouplissent ;
–       les matières work et le denim deviennent plus clean ; en version premium
–       les tissus techniques sont plus light,
–       la maille, bouclette ou éponge, en plein ou en jeu de fil

Animations: délicatesse et humour

Broderies figuratives, patchs, all over et semi arty: l’humour est de mise  cette saison. Il est discret mais égaie des pièces plus classiques.

Quant aux typos, plus subtiles, leur effet fondu et estompé rend les inscriptions plus délicates et moins contrastées.

Sans oublier les rayures ; cette saison elles sont massives, travaillées et impactantes, mais également très « référencées » ; sport, club, folk…

Peu de carreaux cette saison mais du Prince de Galles d’été détourné upper casual et quelques carreaux simples, graphiques et texturés type carreaux fenêtre.

Produits: une évolution dans les détails

Pas de bouleversement radical dans les collections : le changement se fait dans les petits détails et les finitions. Mais dans l’ensemble, les produits présentés dessinent une tendance work redesignée, très clean et encore une fois beaucoup moins authentique (upper casual).

Les classiques tailoring sont revus en version casual chic : vestes au double boutonnage assoupli et non doublé, cols italiens casualisés en shirting lin ou même en version polo.

Les produits originalement plus loose sont redesignés au carré comme le coupe-vent ou le tee-shirt.

Les essentiels s’hybrident : tee-shirts en chaine et trame,  sweats en maille bouclette ou éponge, des bousons en shirting ou encore des chemises en tissu lourd.

On remarque sur les tops une tendance aux formes rallongées, comme par exemple les tuniques.

Les pantalons se font quant à eux droits ou à pinces, et sont légèrement raccourcis.

Parmi les grosses pièces, la parka tire son épingle du jeu.

Le blouson et la veste de travail sont modernisés avec du denim, redésignés et décorés.

Coups de coeur Peclers

Chez Labo Art et Crossley, les collections sont présentées dans un esprit « mono-produit » et par couleur, un parti-pris très fort et nouveau qui tranche avec les autres stands.

Coup de cœur pour la fraicheur et les couleurs des Malibu sandals qui mixent de façon moderne et graphique les codes sports, outdoor et folk.

Jolie histoire avec la collection de workwear français redessiné par les Japonais de Danton.