Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Oct 15, 2015Julie Dao Duy

S’inspirant des grands mouvements sous-culturels qui l’ont précédé, comme le punk et le grunge – berceaux de l’anti-autoritarisme et du non-conformisme – la nouvelle génération tend de plus en plus à rejeter la pression de la « fast life » et le glam formaté de la mode. Leur réponse ? Une attitude provoc et résolument anti-fashion qui prône le détachement, la spontanéité créative et la beauté singulière.

Grunge 2.0 : Le culte de la nonchalance et de l'anti-glam

Sous l’impulsion d’une nouvelle génération de créateur, artistes et photographes, le mouvement grunge, son culte du naturel, du détachement et son esthétisation de l’ennui, connaissent aujourd’hui un souffle nouveau.

Après avoir remporté le très convoité prix LVMH, le duo de Marques’Almeida a conçu une campagne FW 15-16 à contre-courant, optant pour des visuels bruts qui mettent en scène une jeunesse tranquillement nonchalante dans son quotidien. Le designer russe Gosha Rubchinskiy a quant à lui fait de cette jeunesse sa principale source d’inspiration, proposant des pièces de street wear confortablement désuètes qui illustrent la culture teen de la working class post-soviétique.

Lasse Dearman, photographe danois, est fasciné par la désinvolture allurée de la jeunesse underground. De son côté le photographe Pierre-Ange Carlotti capture l’indolence provocante de la jeunesse créative parisienne.

S’inscrivant lui aussi dans une démarche résolument anti glam, le créateur Shan Huq originaire de Los Angeles, a présenté une collection SS16 de sportswear désuet inspirée du quotidien de l’Amérique des classes moyennes – des adolescents errant sur le parking de Dairy Queen et de la station d’essence 7-11.

L’idée d’ennui et de lassitude influe sur la sensibilité des jeunes jusqu’à être  esthétisée. Dans sa vidéo intitulée Birthright, la chanteuse suédoise Cornelia sublime et transcende le désoeuvrement quotidien de trois adolescents.

Bricolage fun et créativité "From scratch" : le come back punk

Résolument anti-système, le mouvement punk né à la fin des années 70 et sa culture du D.I.Y ré-emergent aujourd’hui avec une bonne dose d’autodérision.

Devenue incontournable, la griffe parisienne Vêtements (dont le designer principal, Demna Gvasalia, vient d’être nommé directeur artistique de Balenciaga) replace la liberté créative et la spontanéité au cœur de la mode : jeans rapiécés, classiques agrandis, découpes grossières… Une esthétique singulière de la débrouille et de l’improvisation qui bouleverse l’ordre établi avec une bonne dose d’autodérision.

De son côté, l’autodidacte Isamaya Ffrench devenue l’une des make-up artists les plus prisées du moment, révolutionne le monde de la beauté à coup de make up spontanément bricolés à la fois humoristiques et expérimentaux qui défient les conventions.

Nodels et "Gueules cassées", vive la beauté singulière !

A l’image de certains défilés SS 16 qui ont mis en scène des nodels (no+model), la mode tend à s’écarter des standards de la beauté. Une façon de rendre leurs collections plus accessibles, mais aussi de leur apporter un supplément de caractère et de personnalité.

Nicola Formichetti a découvert Tawan en parcourant son compte Instagram truffé de looks originaux androgynes. Ce jeune homme originaire d’Harlem, qui aspire à devenir mannequin, a déjà défilé pour de jeunes designers comme Eckhaus Latta et Moses Gauntlett Cheng pour VFiles.

Comme nous l’avions déjà évoqué dans notre cahier Futur(s) 14, c’est sur Moffy,  jeune mannequin de 21 ans reconnaissable à son strabisme, que tous les regards sont tournés actuellement. Un signe distinctif non-conventionnel qui apporte un souffle nouveau à la mode.
Originaire de Pittsburg, en Pennsylvanie, Cierra Skye, 18 ans seulement, est une nouvelle venue dans le mannequinat. Son visage de forme ovale – qui évoque un tableau renaissance du 15è siècle, ses pommettes saillantes et son teint de porcelaine ont attiré l’attention de nombreuses personnalités du milieu de la mode, du photographe Steven Meisel au créateur Marc Jacobs.