Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Apr 12, 2017Julie Dao Duy

Par Julie Dao Duy, Dinah Sultan, Dominique Mettraux

L’athleisure et le sport sont, depuis plusieurs saisons, omniprésents sur les catwalks de Versace à Prada. Aujourd’hui, c’est au tour des marques de sport de s’inspirer de la mode. Présentes sur les podiums, multipliant les collabs et profitant de l’évolution des tissus fonctionnels, les marques de sportswear jouent désormais la carte fashion.

Ces marques de sport qui défilent

Les premiers à avoir foulé les podiums des défilés s’appellent Lacoste et Adidas. La marque au croco a fait son entrée à la fashion week de New York dès 2004 avec, à sa tête, un certain Christophe Lemaire, depuis remplacé par Felipe Oliveira Baptista. Adidas lance Y-3 avec Yohji Yamamoto à la même période. Depuis, ces deux précurseurs ont gagné leurs galons et se sont fait une place de choix dans le milieu.

Suivant leur modèle, les marques de sport sont de plus en plus nombreuses à faire défiler leurs collections pendant les fashion week. FENTY (Rihanna pour Puma) ou YEEZY de Kanye West (Adidas), comptent parmi les plus influentes et font de plus en plus parler d’elles dans les édito mode. Cette saison, Fenty a investi lors de la semaine de la mode à Paris la Bibliothèque François Mitterrand. Une première pour la marque qui défile traditionnellement à New York. Défilant sur les tables de la BNF, les mannequins arboraient un look sportif façon fac américaine, avec un livre sous le bras. Si la ligne FENTY se veut dédiée au sport, les pièces sont désormais plus casual et urbaines, tout en conservant une forte influence américaine.

Grande nouveauté à Milan, « Plein Sport », la nouvelle ligne de sport version luxe de Philippe Plein, a défilé pour la toute première fois en janvier. Le créateur souhaite apporter une « alternative luxueuse à Nike » a-t-il annoncé lors de son discours d’ouverture. L’événement fut accompagné d’une série de performances liées au sport, notamment avec une démonstration de « street jumpers ». Les mannequins défilaient devant une immense salle de gym vitrée conçue pour l’occasion. La forte influence du fitness et de la boxe détrônent ici le vestiaire traditionnel du sport américain incarné par FENTY et YEEZY.

De son côté, Alexander Wang a créé la surprise en février dernier en incorporant les pièces de sa collaboration avec Adidas, « AdidasOriginals x AW », dans son défilé new-yorkais. Il a dévoilé fin mars l’ensemble de la collection où le logo « Originals » est sans dessus dessous, incorporé à des joggings et vestes de survêt : « Je suis parti du postulat que cette collection devait secouer les idées reçues. J’ai pensé que la manière la plus intéressante et disruptive d’envisager ceci était d’utiliser l’héritage puissant de ce logo, en le détournant de sa tradition iconographique » confiait-il à Vogue Hommes.

Enfin, le britannique Christopher Reaburn, qui défend une mode responsable et eco-friendly, a lui aussi contribué au développement du sportswear dans le monde du Prêt -à-porter. Sa dernière collection FW 17-18 mêle tissus techniques et fonctionnels, motifs camouflages et couleurs fluorescentes.

Les collabs font toujours parler d’elles

Côté collabs, le renouvellement permanent des collections pousse les marques à s’associer sans cesse avec de nouveaux créateurs ou artistes. Si chaque semaine apporte son lot de nouveautés, parmi les plus récentes et les plus originales, on retrouve Fila x Pepsi, Lacoste x Yazbukey ou encore Toys story x Vans. Afin de se démarquer, les marques décident de confronter leur ADN en créant des duos inattendus.

Une fois de plus, Lacoste sort son épingle du jeu en s’associant avec Yazbukey. Felipe Oliveira a en effet choisi la princesse créatrice très en vogue pour twister le vestiaire du tennis dans une collaboration spéciale Roland Garros où les balles de tennis se transforment en émoticônes.

La marque italienne Fila signe son grand retour en multipliant les collaborations depuis l’année dernière. Sa collaboration étonnante avec Pepsi a été annoncée début avril. En misant sur leur logos rétro, les deux marques proposent une mini collection sport vintage, très 90’s. 

Les tissus fonctionnels s’affranchissent du sport et gagnent un potentiel « mode »

Les créateurs choisissent de plus en plus de matériaux « similaires » aux tissus fonctionnels, les rendant de plus en plus désirables. C’est le cas de tous les métallisés et tissus réfléchissants, qui ont défilé sur les podiums de Paris, New York et Milan (Balenciaga, Paco Rabane, Nehera, Christopher Kane…).

Certains produits bénéficient aussi d’un regain d’intérêt en défilant directement sur les podiums. C’est le cas du coupe-vent, autrefois réservé aux randonneurs ou amateurs de sport outdoor : Miuccia Prada est l’une des premières à l’avoir mis à l’honneur dans sa collection SS 17. L’imperméable est ainsi devenu une pièce incontournable du prêt à porter. La célèbre marque K-Way a directement bénéficié de ce retour d’intérêt et propose en 2017 un riptop au tissage respirant, anti-déchirure et waterproof. Le tout dans une gamme de couleurs et des formes beaucoup plus variées que le K-Way traditionnel.

Les fabricants de tissus techniques s’autorisent également plus de fantaisie, incorporant des motifs, renouvelant les couleurs, proposant des découpes originales. Une offre plus diversifiée qui permet aux marques de sport traditionnelles d’adapter leurs collections aux tendances actuelles.

L’ « ennoblissement » des matières est une tendance forte chez les fournisseurs. Imprimés, brodés, découpés au laser, laminés…les tissus deviennent de plus en plus « riches » et travaillés, sans perdre en fonctionnalité. Un tournant majeur que les stylistes Peclers avaient déjà repéré sur les derniers salons comme Première Vision ou encore ISPO. Parmi les finalistes de l’ISPO Awards, Rico Lee, créateur chinois, s’est fait remarquer pour son approche « beautiful technology », et pour être le premier à faire défiler une ligne sport outdoor à la fashion week de Shanghai. Sa dernière collection pour l’hiver 17-18 est fidèle à son ADN : un savant mélange entre fonctionnalité, sport et style.

Entre sport et mode, les frontières se floutent. L’émergence de nouveaux créateurs au style difficilement « catégorisable », ni vraiment marques de sport, ni  100% marques de mode, semble être la nouvelle étape de cette hybridation. C’est le cas de Rue L, label parisien fondé par Celine Kreis et Suman Gurung, qui invente sa propre combinaison de look pointus, en jersey confortable orné de motifs bandes tennis.