Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Jan 04, 2017Julie Dao Duy

Avec une cinquantaine de livres jeunesse à son actif, l’illustratrice Charlotte Gastaut a joliment su sortir son épingle du jeu. Après avoir revisité de nombreux contes mythiques, de « Peau d’Ane » à « Alice au pays des merveilles » en passant par « La flûte enchantée », cette passionnée de mode a récemment collaboré avec la prestigieuse Maison Fendi pour une collection historique.

Quelle est la genèse de votre collaboration avec Fendi pour le défilé anniversaire à la fontaine de Trévi ?

La mode et les textiles me passionnent depuis toujours, mais cette rencontre est le fruit du hasard.  En mai dernier, j’ai reçu un appel de l’équipe Fendi Haute Fourrure. Ils avaient découvert l’un de mes ouvrages, « Le Lac des Cygnes », dans une librairie à Rome. Fascinés par la technique du papier découpé, ils ont eu l’idée d’utiliser deux de mes illustrations pour créer un manteau.

Rapidement, la question de la fourrure s’est posée. Je ne souhaitais pas associer des images créées pour les enfants avec une collection de manteaux en fourrure. Je leur ai donc proposé d’en créer de nouvelles, spécialement pour eux. Puis tout est allé très vite. Ils m’ont envoyé la gamme de couleurs de la collection et j’ai eu 15 jours pour imaginer de nouvelles images. Ce n’est que le jour du défilé, à Rome, que j’ai découvert les 4 manteaux et 3 robes parés de mes dessins. Les décors étaient retravaillés en fourrure ou en découpages de mousseline. Un vrai conte de fées… Pour  ce défilé, Karl Lagerfeld s’est inspiré du conte danois « To the West of the Sun and the East of the Moon », illustré par Kay Nielsen en 1914.

Pouvez-vos nous en dire plus sur vos liens avec la mode ?

J’ai développé une véritable obsession pour les tissus ! Ils apparaissent dans tous mes livres. Je puise mon inspiration tant dans les contes des Mille et une Nuits que me lisaient mon père que dans les sublimes motifs des tapis persans ou les peintures naïves des jardins orientaux. Mon univers est aussi largement influencé par les origines arméniennes de ma mère, par ma grand-mère suédoise et ses histoires de trolls. Avec le père de mes enfants, d’origine vietnamienne, l’Asie résonne également dans mon travail. Toutes ces cultures, illustrées par leurs riches textiles, sont une source d’inspiration inépuisable.

Pour « Peau d’âne » (Editions Flammarion), par exemple, j’ai dessiné une multitude de robes différentes. J’ai d’ailleurs réalisé trois versions de ce livre, pour trois éditeurs distincts.

« Secret d’étoffes », publié chez Albin Michel, a pour fil rouge le tissu. Conteuse et artiste en sérigraphie, Anne Lascoux s’est associée à Claude Fauque, journaliste spécialiste des arts décoratifs, pour explorer cette thématique. Vingt-quatre contes y sont réunis.

Et dans un style différent il y aussi « Gigi, reine de la mode ! » (Actes Sud) Philippe Eveno y raconte l’histoire de Gigi, jeune styliste qui a perdu son inspiration mais qui va soudainement être transportée dans une incroyable aventure à travers le temps. J’ai croqué Gigi avec beaucoup de plaisir. Ce livre est bien différent des autres, en terme de style. On y découvre des illustrations ressemblant à des croquis de mode.

En parallèle, je collabore régulièrement avec des marques, à l’image de Dyptique, pour qui j’ai imaginé une série de motifs habillant une ligne de coussins. Je dessine également des foulards, actuellement distribués à la boutique des Arts Décoratifs, et j’envisage prochainement de faire broder sur des robes certains de mes dessins….Un nouveau challenge à relever !

Un nouveau projet de livre ?

Je souhaite créer un nouvel ouvrage en lien avec la mode, avec différentes silhouettes exprimant une émotion différente.

Vos plus fidèles lecteurs ne sont-ils pas de "grands enfants"?

Notre rapport à l’enfance a beaucoup évolué. Nous cultivons cette nostalgie. Certains de  mes livres, « Secrets d’étoffes »,  « L’oiseau de feu » ou encore « Le lac des cygnes », sont en effet autant appréciés par les grands que par les petits !

Votre atelier accueille une multitude de livres…Qui sont vos illustrateurs fétiches ?

J’affectionne particulièrement le travail d’illustrateurs tels que Kay Nielsen, John Bauer, Kitty Crowther, Tove Jansson, Alexis Deacon et Elsa Beskow.