Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Mar 16, 2017Julie Dao Duy

Pour l’automne-hiver 2017-2018, le vestiaire féminin powerful devient plus subtil, à la fois plus soft et plus sensuel. Focus sur cette tendance présente sur les catwalks de Milan à New York, qui s’amplifie à la Fashion Week de Paris.

Tailoring & fluidité

Le vestiaire de combattante présent la saison dernière a laissé place à des looks qui s’adoucissent, adoptant plus de mouvement chez Jil Sander, Eudon Choi, Nina Ricci, Balenciaga ou Michael Kors.

Omniprésent, le tailleur est retravaillé et réinterprété de multiples façons. L’uniforme formel avec des épaules carrées se mêle désormais à des matières souples et fluides. Robe tailleur, veston coupé, tailoring hybridé ou revisité en combi-pantalon comme chez Isabel Marant. Cette saison, les looks de californienne cool de la créatrice ont ainsi laissé place à une attitude plus femme.

Pour Elisabeth Prat, Global trends fashion director Peclers, « la nouvelle collection imaginée par Victoria Beckham est très représentative de ce courant : pull camionneur zippé retravaillé ultra féminin, jupe transparente en mousseline avec chemise boutonnée jusqu’au col, blazers fermés d’une demi-martingale et longues robes graphiques en jersey… J’aime cette tension entre deux univers différents : tailoring et fluidité. »

Pour décrire cette nouvelle collection, Victoria Beckham évoque la liberté et l’individualité, le confort, l’assurance, l’optimisme de vêtements taillés pour la vraie vie.  La collection mixe mousseline et drap de laine, jupes légères et manteau épais, veste de costume ou pull à col roulé oversize. Les silhouettes ultra féminines privilégient confort et liberté en jouant sur les mélanges de matières et de proportions.

Héritage Couture

D’autres créateurs, de Dior à Saint Laurent, en passant par Balenciaga, insufflent à leur collection automne-hiver 2017-2018 un héritage couture modernisé.
Chez Balenciaga,  qui s’apprête à souffler ses 100 bougies, manteaux et vestes sculpturaux sont construits dans des jeux de proportions  et de volumes tandis que la maille oversize se mêle au tailoring masculin, la mousseline de soie à des fourrures à imprimé panthère. S’inspirant  des archives de la maison, Demna Gvasalia réinterprète également une série de robes créées entre 1951 et 1967.

Place à la diversité

Sur les catwalks de Dries van Noten, Michael Kors, Vetements ou Céline, la diversité des visages et des tailles est de mise. La tendance amorcée depuis quelques saisons prend aujourd’hui de plus en plus d’ampleur. On note la présence de tops plus matures, défilant aux côtés des baby faces. Dans cette idée d’empowerment, le pouvoir est donné à toutes les femmes, évoquant une mode transgénérationnelle : Amber Valetta, 43 ans, ou Carolyn Murphy (42 ans) défilent pour Dries van Noten, H&M et Isabel Marant tandis que Liya Kebede, mannequin phare des années 2000, foule les catwalks de Céline et Loewe.
Parmi les designers les plus engagés, Prabal Gurung, qui vient de signer une collection pour la marque spécialisée grandes tailles Lane Bryant, a fait défiler les mannequins « plus size » Candice Huffine et Marquita Pring.