Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Jul 03, 2014Julie Dao Duy

PeclersParis n’a pas manqué la dernière édition avant la pause d’été des soirées *di*/zaïn qui s’inscrivait cette fois-ci dans le cadre du festival international de l’innovation numérique Futur en Seine, à la Gaîté Lyrique, au plateau média, à Paris.

Les soirées *di*/zaïn, créées par l’association Designers interactifs, réunissent une fois par mois des designers, des artistes, des agences, des studios, des écoles ainsi que chaque personne intriguée par la création et son processus.

Sous l’intitulé Laboratoire(s), cette 16e soirée était dédiée à l’évolution de la création à travers le numérique, introduite par une citation de Jean-Louis Frechin, designer et architecte français : « L’esprit du numérique modifie en profondeur tous les secteurs de la société et redéfinit les façons dont nous devons « fabriquer les choses »». Sur ce, huit intervenants et de nombreux live tweets ont contribué à un échange fructueux et inspirant.

Découvrons quelques uns des projets présentés lors de la soirée…

Studio Plastac, « Empreintes »

Le studio de design graphique multi-disciplinaire, fondé en 2008, présenta un scénario fictionnel autour de la nourriture du futur. Cette performance, marquée par une forte dimension humoristique, a eu lieu dans le Manège de Reims, mettant en scène des faux fruits augmentés, fabriqués sur une base de chocolat blanc et soumis à des étapes de transformation plasturgique pendant lesquelles le spectateur est invité à goûter.

Cheval Vert, « Murmur »

Ce studio de design visuel, fondé en 2007, intègre la culture du code dans son processus de conception, tout en étant orienté vers l’objet qui est souvent un entre deux. Parmi un éventail de travaux expérimentaux s’intègre leur dernier projet digital collaboratif « Murmur », une prothèse permettant aux spectateurs de communiquer avec un mur connecté, transformant le son en lumière.

Etienne Bardelli (aka AKROE), « The Walking Ghosts Hall »

L’artiste et designer graphique français, montra ses oeuvres à la fois poétiques et sobres. Dans un premier temps réticent à l’idée d’exposer des travaux de design graphique, Bardelli réalise aujourd’hui des projets pour Nike et la nuit Blanche à Metz. Une de ses dernières réalisations est le design intérieur du nouveau tiers-lieu de création, de production et d?innovation artistique et numérique « Blida » à Metz.

Freaks freearchitects, agence d’architecture à la frontière d’art et d’architecture, primée avec le prix AJAP (Albums des jeunes architectes et paysagistes) en 2010, présenta trois projets realisés pour la Gaîté Lyrique, entre autres le fameux plateau média. Définissant leur pratique comme « low tech », ils aiment détourner les objets existants et arrêter le processus de création un peu plus tôt afin de laisser de la place aux éventuelles transformations du projet. L’exposition « 2062 Aller-retour vers le futur » (2012), montrant une compilation de toutes les annonces différentes de la fin du monde, a été mise en scène avec des moyens assez modeste, mais pour autant poétique.

Olivier Ratsi, artiste visuel français, présenta plusieurs installations lumineuses audio-visuelles. À la recherche du point de vue idéal du spectateur, Rasti étudie la perception de l’espace à travers ses oeuvres. Son projet le plus récent, « Delta », transforme le lieu d’exposition en oeuvre même.

Cellules est un studio de création de design interactif et films. Positionnés comme des Explorateurs du numérique, leurs projets multimédias portent sur les nouvelles narrations et le design de la culture web. Lors de cette séance *di*/zaïn, le public fut intégré dans une nouvelle expérience cinématographique immersive réalisée initialement pour fêter le partenariat entre getty images et BBC.

Pour profiter pleinement du court métrage « Blind date », le spectateur est invité de télécharger l?application smartphone du même nom qui permettra par la suite d’avoir du son et des images supplémentaires. Tous les smartphones interconnectés vont créer un espace sonore et se transforment ainsi d’un objet dérangeant au cinéma dans un bénéfice.