Creating
Future

Future
Singularities

  • Partager sur
Apr 11, 2017Julie Dao Duy

Emilie Desnoyer, Sari Myöhänen et Marianne Alibert, de l’équipe Environnements & Design, ont élaboré quelques unes des tendances clés présentées lors de la gamme Couleurs SS19. Franges, aspérités, usure et traces laissées par le temps, effets de matières et tactilité … Une ambiance atelier expérimentale et trash, qui célèbre le collaboratif.

Le point de départ ?

Sari : Nous avons eu envie de travailler autour de l’imperfection et des couleurs salies, mixées à des teintes plus vives, dans un esprit créatif et expérimental.

Le mélange des genres et des époques est à l’honneur. La salle de théâtre Beckett à Barcelone, revisitée par Flores & Prats architectes, illustre bien ce courant. Certaines parties à l’aspect patiné évoquent  l’histoire des lieux, en côtoyant d’autres espaces entièrement rénovés. Le moderne se mêle à l’ancien, le clean au trash, en créant des jeux de matières, de textures et de couleurs.

Qui sont les différents acteurs de ce courant ?

Emilie: On retrouve cette tendance dans les travaux de jeunes designers, comme Thomas Ballouhey qui a imaginé « Ways of altering », offrant une seconde jeunesse à des déchets et matériaux inutilisés pour créer, à l’aide d’un procédé de sablage unique, une série d’objets monochromes texturés au look étrange.

Sari: Autre projet exemplaire, celui du collectif londonien Assemble, auréolé du Turner Prize 2015 pour ses projets de réhabilitation urbaine, qui a investi le design hub créatif A/D/O, à Brooklyn, pour y installer une fabrique temporaire et développer du carrelage qui orne désormais l’une des façades. « A Factory As It Might Be » explore également de nouvelles formes de travail basées sur la partage et la collaboration, en mettant l’accent sur des initiatives expérimentales, à la fois sociales et culturelles.

Sari: Cet esprit workshop est très transversal puisque l’on retrouve ces mêmes formes d’esthétiques dans des collections de tissus d’ameublement, qui proposent des produits très hauts de gamme aux textures rough comme Jacquard Reloaded signé Dominique Kieffer et ce tissu « frangé » de la collection Knoll. On note aussi le projet de Sébastian Herkner pour Ames, réalisé avec des artisans colombiens.

Les points forts…

Emilie : Comment récupérer, revaloriser, et détourner des éléments du quotidien?
Au cœur de ces projets, une nouvelle forme d’upcycling qui s’éloigne des codes du beau pour privilégier l’expérimentation sans limites. Certains objets aux couleurs parfois un peu trop saturées ou aux matières hyper texturées créent la surprise. D’autres, comme le buffet « Sipario » à franges imaginé par Christina Celestino, évoquent l’enfance par leur côté ludique, inachevé, maladroit.

Sari : Cette ambiance atelier évoque également l’utilisation de matériaux low budget, comme cette maison des années 70 à Mexico, rénovée par Juan Pablo Ochoa.
Toutes ces démarches amènent à inventer de nouvelles esthétiques en revisitant des techniques, des procédés, des textures ou des formes. La Murphy House, imaginée par l’architecte Richard Murphy à Edinburgh, mêle trash et précieux avec un mur qui associe béton brut et carrelage gold.